Amazon lève le voile sur la rentabilité de son "cloud", l'action s'envole

le
0
Amazon lève le voile sur la rentabilité de son "cloud", l'action s'envole
Amazon lève le voile sur la rentabilité de son "cloud", l'action s'envole

Après neuf ans d'opacité, Amazon a levé le voile jeudi sur son activité de "cloud", qui s'avère rentable et justifie les importants investissements réalisés par le géant de la distribution pour la développer.Lancée en 2006, Amazon Web Services (AWS) a enregistré un bénéfice opérationnel de 265 millions de dollars, en hausse de 8,2% sur un an, pour un chiffre d'affaires de 1,57 milliard (+49%). Elle propose des services d'informatique dématérialisée aux entreprises, comme le stockage et la diffusion de contenus, des serveurs virtuels.Le "cloud" génère désormais 7% des 22,72 milliards de dollars (en hausse de 15% sur un an) de chiffre d'affaires du groupe de Jeff Bezos et croît à un rythme plus élevé que les autres activités, notamment le commerce en ligne (+24%), selon un communiqué."Ces résultats ont dépassé nos attentes", salue la banque Jefferies, mettant en avant la marge qui s'élève à 17%.Les concurrents Microsoft et IBM revendiquent des revenus de respectivement 6,3 milliards de dollars et 7,7 milliards de dollars dans le "cloud", marché en plein essor. Mais ceux-ci sont gonflés par des produits et services comme Office 365 ou des logiciels qui sont associés à leurs offres.A Wall Street, l'action Amazon s'envolait de 6,62% à 415,52 dollars vers 22H30 GMT dans les échanges électroniques suivant la clôture de la séance. - 5 milliards de revenus - "Amazon Web Services est une activité de 5 milliards de dollars (par an) et croît vite. En fait, elle accélère", s'est réjoui M. Bezos.Son activité atteindrait entre 6 et 9 milliards de dollars, calculent les analystes, jugeant les projections du dirigeant "conservatrices".C'est un soulagement pour Amazon car "tous les yeux étaient tournés vers le +cloud+", explique Daniel Kurnos, expert chez Benchmark Co.Face à l'omerta d'Amazon beaucoup se demandaient en effet si AWS, qui est positionné loin du ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant