Amazon et Google veulent concurrencer la grande distribution

le
1
Amazon et Google se lancent dans la vente alimentaire.
Amazon et Google se lancent dans la vente alimentaire.

Le Point.fr : Amazon a annoncé son intention de se lancer dans le fresh, c'est-à-dire dans l'alimentaire. Google aussi s'intéresse à ce secteur. Un géant américain roi de la proximité en France, où on ne manque pas de distributeurs locaux, est-ce bien possible ?Bernard Demeure : Ce terme fresh (frais) est un choix marketing habile : l'image est positive, l'offre proposée va bien au-delà des seuls produits frais et inclut les produits d'épicerie et les liquides, comme dans un supermarché. C'est du frais, mais pas seulement. Ils sont déjà présents dans plusieurs villes en Amérique du Nord. Une ouverture prochaine d'Amazon Fresh en Allemagne a été évoquée. Les évolutions sont intéressantes, avec, d'un côté, la poursuite du développement des magasins de proximité (7 % du marché), et de l'autre, et surtout, la forte croissance et la multiplication des solutions d'enlèvement ou de réception de ses courses. Ainsi on peut opter aujourd'hui pour le drive, des casiers ou encore la livraison à domicile. En France, cette dernière solution est à la peine en alimentaire, car son coût est élevé. Ce n'est qu'en augmentant les volumes livrés et la fréquence que ce segment peut prendre de la consistance. Amazon, Google et d'autres sont en mesure de le faire ou expérimentent dans différentes géographies. Une évolution possible est bien qu'ils deviennent des acteurs importants en tant que "derniers maillons de...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • d.e.s.t. le vendredi 8 aout 2014 à 13:12

    Je pense que l'idée est plus viable aujourd'hui qu'à la création de Webvan, qui fut un énorme "bide" sur Internet!