Amaury accélère sur le numérique et les services

le
0
Amaury accélère sur le numérique et les services
Amaury accélère sur le numérique et les services

Comment maintenir son chiffre d'affaires dans un marché de la presse particulièrement chahuté ? C'est la problématique à laquelle sont confrontés tous les éditeurs français face à la baisse des ventes de leurs titres. Pour le groupe Amaury, un des principaux éditeurs de presse indépendants français, l'avenir passe plus que jamais par la transformation de son modèle économique et la poursuite de ses investissements dans le numérique et les services. Le groupe, dirigé par Philippe Carli, se veut résolument optimiste grâce à la puissance de ses marques avec plus de 15 millions de personnes en contact avec « le Parisien » - « Aujourd'hui en France » et plus de 13 millions pour « l'Equipe » (source : One Global 2013). Malgré le contexte, « le Parisien » - « Aujourd'hui en France » est, pour la troisième année consécutive, le premier quotidien national payant avec plus de 2,5 millions de lecteurs (papiers, Internet, mobiles, tablettes), en hausse de 1,8?%, (source Audipresse One 2013).

Si le groupe Amaury croit en l'avenir de la presse en général et en celui de ses titres en particulier, c'est qu'il regarde du côté des pays anglo-saxons où le changement de modèle économique a démarré il y a déjà trois ou quatre ans. Et là-bas, pour la première fois depuis des années, le secteur retrouve des couleurs grâce à la vente de contenus payants qui décollent enfin.« Les consommateurs sont prêts à payer pour des contenus en ligne de qualité et c'est ce que nous proposons à nos lecteurs », indique Philippe Carli. Pour mieux les séduire, « le Parisien » et « l'Equipe » vont proposer des offres innovantes pour simplifier l'acte d'achat d'un article en ligne. Pour cela, un partenariat avec l'anglais MPP vient d'être signé. Dès le mois de mai, les lecteurs de « l'Equipe » et, dès juillet, ceux du « Parisien » - « Aujourd'hui en France » pourront s'offrir un article, un ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant