Amateurs et mercato : à la pêche aux indemnités

le
0
Amateurs et mercato : à la pêche aux indemnités
Amateurs et mercato : à la pêche aux indemnités

Le foot amateur, on en rigole, on le plaint et on lui fout volontiers une béquille. Pourtant, dans les textes, il reste solidement protégé par la FIFA et l'UEFA. Les deux instances assurent en effet à celui-ci une indemnité à la formation en cas de fuites de ses jeunes pousses. Malgré tout, c'est à lui de rester vigilant.

L'ACBB a formé une bonne poignée de gamins devenus professionnels. Mieux que quiconque, le petit club de la banlieue parisienne sait faire valoir ses droits. Franck Scandit, employé à l'AC Boulogne Billancourt et coach U18, est un homme polyvalent. Lui a vu défiler pas mal de jeunes gamins talentueux, partis dans de grandes structures professionnelles tenter leurs chances. C'est le quotidien des petits clubs de football obligés de céder leurs pépites à des recruteurs, intermédiaires, agents, faux agents... Dans tous les cas, que le joueur soit majeur ou non, le club formateur touche ou touchera une somme correspondant au temps de formation du bambin.

Magnifique CSC


Mais pour encaisser, les dirigeants du club formateur doivent rester vigilants. En plus de ses entraînements quotidiens, Franck Scandit suit donc le parcours de ses anciennes ouailles, histoire d'enclencher le "mécanisme solidarité". "Quand un joueur nous a appartenu et est transféré dans l'avant-dernière ou sa dernière année de contrat, on touche un petit quelque chose." Pour cela, Franck doit rester attentif à chaque mercato. "Je suis à l'affût sur des sites comme soccerway ou transfermarkt pour me tenir au courant des derniers transferts des joueurs qui seraient passés par notre centre de formation." En effet, ni la FIFA, ni l'UEFA, ni les deux clubs concernés par le transfert d'un tiers ne tiendront informé le club amateur du transfert et de la somme dûe. C'est donc aux clubs d'effectuer un travail de traçabilité de leurs protégés devenus professionnels, au risque de passer à côté de quelques pépettes.

Ce fut le cas avec Kamil Zayatte, l'actuel défenseur guinéen de Sheffield Wednesday. Franck et ses collègues avaient quelque peu oublié son existence. "Un jour, le doyen du club regardait le Boxing Day sur Canal et, par hasard, il est tombé sur Zayatte qui avait marqué un splendide but contre son camp. Heureusement que son CSC était repassé en boucle, sinon on serait passé à côté d'indemnités." Hull City, puis, plus tard, le club turc de Konyaspor paieront l'addition sans aucun souci. "On avait dû envoyer un mail en turc. Mais bon, aujourd'hui, c'est moins galère qu'avant où tu devais aller à la poste envoyer plein de recommandés." Franck et son entourage ont rarement, voire jamais eu de soucis, que ça soit pour des clubs du Qatar…




Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant