Alzheimer : un gène explique le risque accru des femmes

le
0
Des recherches sur un gène déjà considéré comme facteur de risque majeur de la maladie d'Alzheimer pourraient conduire à une évolution des outils de diagnostic précoce.

Les femmes et les hommes ne sont pas égaux devant la maladie d'Alzheimer. Sur les 860.000 patients atteints de la maladie en France, les femmes sont presque deux fois plus touchées que les hommes après 75 ans. Des chercheurs américains ont pour la première fois trouvé un début d'explication dans un article publié le 13 juin dans la revue américaine Journal of Neuroscience en s'intéressant à un gène fréquemment associé à cette affection dégénérative.

Le gène ApoE4 est le premier facteur de risque de la maladie d'Alzheimer, 50% des malades en étant porteurs. Par ailleurs, 15% de la population générale en possède une copie, une double copie étant plus rare avec une fréquence de 2%. Cette nouvelle étude révèle que la présence d'au moins une copie du gène ApoE4 chez les femmes les rend plus vulnérables à cette pathologie, contrairement aux hommes.

L'ApoE4 non significatif chez l'homme

L'équipe du Dr Michael Grecius, professeur associé de neurologie à la Stan

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant