Alzheimer: «Il faut développer le cerveau dès le jeune âge»

le
0
INTERVIEW - Pour Bruno Dubois, directeur de l'Institut de la mémoire et de la maladie d'Alzheimer à la Pitié-Salpêtrière, une simulation cognitive précoce et un haut niveau culturel retardent l'apparition de la maladie.

LE FIGARO. - Quel est l'effet des simulations pour maintenir le cerveau en alerte?

Bruno DUBOIS. - Tout d'abord, chez des sujets normaux, il n'y a rien à prévenir. À partir d'un certain âge, les gens se plaignent de «troubles attentionnels». Mais il faut être clair, il ne s'agit pas de troubles de mémoire. Au pire, des exercices d'attention ou d'apprentissage ne peuvent pas être néfastes, bien sûr! Cela peut être un élément positif pour ceux qui n'ont pas d'activité intellectuelle trop soutenue. Par ailleurs, le fait de se prendre en main est bénéfique pour ces personnes. Mais j'insiste: rien n'est démontré sur l'effet bénéfique de tels exercices.

Quelles peuvent être les actions pour retarder l'apparition de la perte de mémoire?

Le seul fait démontré est qu'une simulation cognitive précoce et un haut niveau culturel retardent l'apparition de la maladie d'Alzheimer. Deux études épidémiologiques, réalisées à quinze ans d'intervalle, ont mis en lumiè

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant