Altice peaufine son organisation et veut avaler SFR

le
0
Altice peaufine son organisation et veut avaler SFR
Altice peaufine son organisation et veut avaler SFR

Le groupe de médias et télécoms Altice du magnat Patrick Drahi a dévoilé lundi une offre publique d'échange (OPE) visant à s'emparer de l'intégralité du capital de l'opérateur français SFR, une nouvelle étape de sa réorganisation après une série d'acquisitions en Europe et aux Etats-Unis.L'OPE, qui vise 22,25% des actions de SFR qu'Altice ne détient pas encore, a pour but selon Altice, groupe coté à Amsterdam, "de simplifier sa structure capitalistique et de renforcer sa flexibilité organisationnelle"."En deux ans, un nouveau groupe est né et a fait irruption dans le paysage des médias et des télécoms, et il convient de le structurer", a expliqué en conférence de presse Michel Combes, le directeur général d'Altice.Si le groupe de Patrick Drahi se défend de vouloir ainsi alléger sa fiscalité, soulignant que SFR restera une société enregistrée en France, l'opération devrait lui permettre tout de même des économies de fonctionnement et d'alléger son équipe de direction, réduite à 35 personnes.L'offre, qui propose 8 nouvelles actions ordinaires Altice NV de catégorie A, cotées à Amsterdam, pour 5 actions SFR, a été bien accueillie par les investisseurs.Le titre SFR a terminé en hausse de 6% à 25,54 euros à la Bourse de Paris."L'offre arrive à la bonne période" alors que "le redressement de SFR va s'accentuer dans les prochains trimestres", ont noté des analystes d'ING cités par l'agence d'informations Bloomberg.Dans le cas où l'ensemble des actionnaires de SFR accepteraient cette transaction, le nombre maximum d'actions Altice à émettre "représenterait 11,8% du nombre total d'actions ordinaires en circulation" d'Altice, détaille le communiqué.Si Altice obtient au moins 95% des titres SFR, le groupe pourra alors retirer de la cote l'opérateur français.Altice souligne que les actionnaires de SFR bénéficieront de plus de liquidité avec les titres Altice et d'une ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant