Altice: l'offre sur SFR bloquée pour son 'imprécision'.

le
0

(CercleFinance.com) - Comme annoncé, l'Autorité des marchés financiers (AMF) a détaillé hier soir les raisons pour lesquelles elle a retoqué, la veille, l'offre publique d'échange (OPE) qu'Altice envisageait sur sa filiale française SFR Group, une décision des plus inhabituelles. L'AMF ne s'est pas prononcée sur la parité proposée, indique-t-elle, mais sur des modalités annexes jugées insuffisamment précises pour que l'actionnaire minoritaire puisse se faire une idée de leurs conséquences.

Pour mémoire, Altice, le holding néerlandais du magnat des télécoms Patrick Drahi, entendait lancer une OPE sur sa filiale française, SFR Group, à hauteur de huit actions du premier contre cinq du second, soit un ratio de 1,6 pour un. Plus quelques modalités annexes, dont un contrat de “rémunération” entre SFR et Altice.

Mardi soir (le 4 octobre), l'Autorité des marchés financiers (AMF) a déclaré cette offre “non conforme”, ce qui bloque toute l'opération. Vingt-quatre heures plus tard, le gendarme boursier en a donné les raisons. “Les objectifs et intentions de l'initiateur (Altice, ndlr) font état d'un projet de contrat de rémunération dont la mise en oeuvre et les modalités demeurent imprécises, dont l'impact serait négatif et potentiellement significatif sur la détermination des fourchettes de parité et devrait être pris en compte par les actionnaires dans leur analyse de l'offre. Dans le même temps, la parité de 1,60 fois proposée dans le présent projet d'offre publique se situe au point le plus bas des fourchettes de parité retenues par l'expert”, assène l'avis détaillé de l'AMF.

Bref, “ces circonstances ne permettent pas, dès lors, de considérer que l'information destinée aux actionnaires minoritaires, notamment sur la justification de la parité d'échange retenue, soit complète, compréhensible et cohérente”, affirme l'autorité, à l'appui de sa décision de “non conformité”.

'L'AMF indique qu'elle ne s'est pas prononcée directement sur la parité retenue alors que Michel Combes (le patron de SFR, ndlr) accusait l'autorité d'avoir rendu sa décision sur la base des termes économiques de l'opération', soulignent ce matin les analystes d'Aurel BGC.

'Nous estimons pour notre part que le modèle de rémunération prévu (par Altice), qui pourrait représenter entre 2 et 3% du chiffre d'affaires de SFR, pourrait avoir un impact négatif sur SFR tout en profitant à Altice', indiquent de leur côté les analystes de Bryan, Garnier & Co. “Ce qui serait de nature à influencer les décisions des actionnaires minoritaires de SFR”, terminent les spécialistes.


Valeur associée
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant