Alstom : une visibilité toujours faible

le
0
Alstom : une visibilité toujours faible
Alstom : une visibilité toujours faible

(lerevenu.com) - Les investisseurs saluent la bonne tenue des marges et l'annonce de cessions d'actifs, dont une fraction du capital d'Alstom Transport. Mais les motifs d'inquiétude demeurent. Explications.

Recul des commandes. Comment souvent, les résultats semestriels (période du 1er avril au 30 septembre) du fabricant de TGV et de turbines à gaz s'avèrent contrastés. Pour un chiffre d'affaires de 9,7 milliards d'euros, en hausse de 4% à structure et taux de change constants, la marge opérationnelle reste stable à 7,1% et le résultat net s'effrite de 3% à 375 millions d'euros. Mais les prises de commandes reculent de 22%,en raison d'une demande plus faible en grands projets. Le groupe encaisse moins d'avances de ses clients et souffre du profil financier défavorable de certains de ses contrats.

Hausse de la dette. Conséquence: son cash-flow libre plonge, à -511 millions d'euros, au lieu de 101 millions un an plus tôt.?Son endettement net grimpe à près de 3,3 milliards d'euros, soit 66% de ses fonds propres (46% au 31 mars dernier). Le calendrier de remboursement de la dette, qui est échelonné, doit débuter à partir de septembre 2014. L'industriel réagit en accélérant ses réductions de coûts qui devraient progressivement atteindre en base annuelle 1,5 milliard d'euros en avril 2016. Il annonce aussi des cessions d'actifs qui visent à rapporter entre 1 et 2 milliards d'ici la fin 2014. Le groupe va notamment céder une participation minoritaire d'Alstom Transport à des partenaires industriels ou des investisseurs financiers. Il n'est pas question d'une cession globale, et encore moins de faire entrer Siemens au tour de table d'Alstom Transport, comme l'a expliqué le PDG Patrick Kron en conférence de presse. 

Faible visibilité. L'option d'une augmentation de capital a été écartée, en raison du risque de forte dilution pour les actionnaires qu'une telle opération entraînerait. Mais céder des actifs dans un environnement contraint n'est jamais très favorable. Entre le ralentissement des économies émergentes, l'attentisme des grands clients industriels et les pressions sur les prix, la visibilité fait défaut. Pour atteindre son objectif d'un cash-flow libre positif pour l'ensemble de l'exercice, Alstom devra faire le plein de commandes dans les prochains mois. Pas évident.

Retrouvez notre conseil sur Alstom dans Le Revenu Hebdo n°1251.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant