Alstom : un millier de salariés a bruyamment manifesté à Saint-Ouen

le , mis à jour à 18:09
8
Alstom : un millier de salariés a bruyamment manifesté à Saint-Ouen
Alstom : un millier de salariés a bruyamment manifesté à Saint-Ouen

Un TGV rien qu'à eux, en partie construit dans leurs ateliers, pour dire leur fierté et leur colère. Plusieurs centaines d'« Alsthommes », certains accompagnés de femme et enfants, ont quitté Belfort ce mardi à 6 heures, direction Paris puis le siège du groupe, à Saint-Ouen (Seine-Saint-Denis). Le but, «c'est de se faire entendre et de dire qu'on n'est pas morts, qu'on est encore là et (leur dire) qu'ils ne vont pas nous jeter comme ça», a déclaré Florian Jardinier, délégué Force ouvrière.

 

VIDEO. Les salariés d'Alstom inquiets pour leur emploi

 

Au son des cornes de brume, des sifflets et des klaxons, un millier de personnes, selon la CGT, a fait la claque devant le siège en fin de matinée. Une délégation de salariés et représentants syndicaux a été reçue pendant une heure par la direction générale du groupe en France, sans en apprendre grand chose. « On a eu le droit à une nouvelle partie de violon, la même que lors du CCE extraordinaire d'hier », a déploré Olivier Kohler, délégué CFDT de Belfort.

 

« La direction a argumenté sur le fait que le transfert à Reichshoffen était tout à fait justifié », a-t-il rapporté. Alstom « remet tout sur les épaules du gouvernement », a ajouté son collègue de la CGT David Kaiser en disant craindre un « effet dominos » sur les autres sites français en cas d'arrêt de la production de locomotives à Belfort. L'intersyndicale appelle les salariés à « rester mobilisés jusqu'à la semaine prochaine suivant l'état des discussions entre l’État et la direction générale ».

 

Avant que le PDG ne suspende le sort du site historique de la firme aux décisions du gouvernement, une intersyndicale CFE-CGC, CGT, CFDT, FO avait appelé à la grève les 9 000 salariés du groupe en France, par solidarité avec les 400 (sur 480) emplois menacés. Avec le soutien financer des collectivités locales, les syndicats ont donc a loué un ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • patr.fav il y a 4 mois

    Un coup d'épée dans l'eau commed'hab!

  • masson33 il y a 4 mois

    Ridicules ces alsthommes....se prennent pour des fonctionnaires...pourtant ild fevraient avoir conscience de travailler pour une société de droit privé dont l'Etat n'est qu'un gros actionnaire minoritaire négligent.....de leur sort depuis longtemps...faut savoir évoluer dans la tête et geographiquement....

  • best01 il y a 4 mois

    ils ne sont pas licenciés ils sont mutés,etalors, les gendarmes, les enseignants,...c'est fini les emplois a vie dans ta ville

  • M2310631 il y a 4 mois

    La CGT s'attaque aux vrais problèmes at aux causes racines.Ils manifestent parce qu'ils ne sont pas contents. ça va surement résoudre les problèmes comme pendant tout le printemps 2016 ^^

  • merlin84 il y a 4 mois

    ha ben alors si c'est la cgt, c'est forcément une manifestation de terroristes.. même pas je m'y intéresse

  • gvigner3 il y a 4 mois

    9 centres de productions pr le petit marché Français , désolé mais c'est trop !!!! le marché est mondial !!!

  • alc2855 il y a 4 mois

    Manifester ça crée des emplois ? Depuis quand ?

  • M940878 il y a 4 mois

    Saint-Ouen est spécialisé dans les grandes braderies , c'est le bon endroit