Alstom : Siemens et Mitsubishi présentent leur offre, réunion à l'Elysée mardi

le
9
Alstom : Siemens et Mitsubishi présentent leur offre, réunion à l'Elysée mardi
Alstom : Siemens et Mitsubishi présentent leur offre, réunion à l'Elysée mardi

L'offre du tandem Siemens-Mitsubishi est connue, François Hollande va recevoir les présidents des deux multinationales. Alors que l'entreprise allemande, alliée au conglomérat industriel japonais, a présenté ce lundi une offre de rachat du pôle énergie du français Alstom, l'Elysée affirme que le président de la République recevra ce mardi matin, à 10h25, les deux patrons, Joe Kaeser et Shunichi Miyanaga. Puis dans l'après-midi, les deux dirigeants, qui se sont alliés pour contrer l'américain General Electric, doivent être auditionnés à l'Assemblée nationale.

Avant de rencontrer les patrons des groupes allemand et japonais, Hollande a convoqué à 9H40 une réunion à l'Elysée consacrée au dossier Alstom. Le ministre de l'Economie Arnaud Montebourg participera à cette réunion et à la rencontre avec Kaeser et Miyanaga.

Garantie de l'emploi sur trois ans

C'est au cours d'une réunion à 15h30 ce lundi que les deux présidents ont donc présenté leur offre à Alstom.  Les deux candidats ont proposé «plusieurs opérations en vue de préserver le périmètre d'activité actuelle d'Alstom quasiment dans son intégralité», selon un communiqué. En tout, ils ont mis sur la table 7 Mds?. Siemens a proposé 3,9 Mds? pour les turbines à gaz d'Alstom, avec les contrats de maintenance associés.

De son côté, Mitsubishi Heavy Industries (MHI) s'est engagé à injecter 3,1 Mds? en cash pour racheter 40% de l'activité turbines à vapeur et turbines nucléaires, 20% de son activité réseaux électriques et 20% de l'activité hydroélectrique.Il compte acquérir jusqu'à 10% du capital d'Alstom. Le japonais a proposé la création de trois coentreprises, alors que Siemens a promis une garantie de l'emploi en France et en Allemagne de 3 ans.

De même, ce dernier est toujours disposé à étudier avec Alstom la possibilité de créer un champion européen des transports, comme voulu par le gouvernement français. Les deux ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • crcri87 le mardi 17 juin 2014 à 05:37

    Toutes ces simagrées pour une issue connue d'avance !!!

  • patr.fav le lundi 16 juin 2014 à 19:17

    hollande pas co.n juste garder les emplois jusqu'à la prochaine élection présidentielle !!!!!! après rien à faire des salariés !!!!!

  • soulamer le lundi 16 juin 2014 à 18:51

    tu peux prendre un air inteligent c'est aux actes que tu sera jugé moi je le plus quon du monde

  • soulamer le lundi 16 juin 2014 à 18:50

    t'as vu ou ca mene le pays les mensonges et c'est que le début parceque tes reformes apres avoir annuler ce qu'à fait Sarko ca risque pas de passer t'es pris a tes propres pieges reste plus que la fonction public et l'assistanat dans ce pays si c'est pas pareil!

  • soulamer le lundi 16 juin 2014 à 18:40

    comment elle va notre tete de fion

  • nicog le lundi 16 juin 2014 à 18:38

    Rachat d'un externe = Dépeçage + démantèlement d'Alstom. Par contre, un partenariat sauvegardera les intérêts stratégiques industriels. Pas compliqué à comprendre.

  • indyta le lundi 16 juin 2014 à 18:31

    bah si on se les gele cet hiver...

  • 82554976 le lundi 16 juin 2014 à 18:20

    Le patron d'Alstom n'a pas l'air d'avoir la faveur des 2 rigolos totalement incompétents

  • M2286010 le lundi 16 juin 2014 à 18:15

    Les grands économistes, Hollande, Montebourg et Cie, jouent les gros bras. Attention les yeux..Au final c'est tout de même le conseil d'administration et les actionnaires qui décideront. L'important pour les politiques est d'avoir montré leurs "muscles"...