Alstom : Siemens doit choisir entre la peste et le choléra...

le
0
Siemens a fait une proposition de rachat pour Alstom, afin de rivaliser avec l'américain General Electric.
Siemens a fait une proposition de rachat pour Alstom, afin de rivaliser avec l'américain General Electric.

Siemens est coincé entre le marteau et l'enclume. Si GE parvient à croquer Alstom, le conglomérat munichois devra affronter un concurrent surpuissant dans son "pré carré" européen. Et s'il rachète son grand rival français, cela risque également de lui apporter tout un lot de soucis compliqués et coûteux à gérer. Difficile de choisir entre la peste et le choléra...

L'offre de rachat de GE a contraint et forcé le groupe allemand à lancer une contre-offensive désespérée. En reprenant Alstom, le géant américain souhaite en effet surtout acquérir son savoir-faire dans les secteurs des centrales à charbon, de l'hydraulique, des fermes éoliennes offshore et du transport de l'électricité. Or, tous ces secteurs sont ceux où... Siemens excelle. Frappé de nombreux problèmes notamment capitalistiques, le fleuron de l'industrie française sortirait grandement renforcé d'une alliance avec GE, qui ne sait que faire des 60 milliards d'euros de réserve qu'il a accumulés en Europe. Mieux géré et disposant de fonds pour se développer, Alstom deviendrait alors un redoutable rival pour la compagnie bavaroise.

Qui dit doublons dit... licenciements

Siemens n'a donc pas d'autre choix que de tenter de coiffer GE au poteau en lui reprenant la "pépite" qu'il convoite. Mais une éventuelle acquisition ne signifierait toutefois pas la fin des ennuis pour son repreneur munichois. Loin de là... Les premières questions à régler seront d'ordre culturel. Si Paris...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant