Alstom ne donnera pas plus d'informations à Siemens qu'à GE

le
1
ALSTOM NE DONNERA PAS PLUS D'INFORMATIONS À SIEMENS QU'À GE
ALSTOM NE DONNERA PAS PLUS D'INFORMATIONS À SIEMENS QU'À GE

par Sophie Sassard et Jens Hack

LONDRES/MUNICH (Reuters) - Alstom ne donnera pas à Siemens plus d'informations sur sa branche d'énergie que celles déjà fournies à General Electric, auteur d'une proposition d'achat de 17 milliards de dollars (12,35 milliards d'euros), a-t-on appris mercredi d'une source française proche du dossier.

Siemens s'est adressé à Alstom pour réclamer de nouvelles informations avant une probable offre sur l'activité que convoite GE, a dit mardi le ministre de l'Economie Arnaud Montebourg.

Selon la source, il s'agirait d'une "tactique de négociation" de la part du groupe allemand.

Alstom doit faire le point sur l'offre de GE d'ici le 2 juin mais le groupe d'énergie et de transport a ouvert ses comptes à Siemens sous la pression du gouvernement.

Siemens élabore une contre-offre qui inclurait, selon des sources proches du dossier, des apports d'actifs ferroviaires et une éventuelle prise de participation de l'Etat français dans Alstom Transport.

Mais plusieurs personnes au fait des projets de Siemens ont dit mercredi qu'il s'abstiendrait sans doute de toute proposition tant qu'il n'aurait pas de nouvelles informations.

Siemens s'est refusé à tout commentaire.

Une porte-parole d'Alstom a dit que le groupe attendait toujours une proposition ferme de Siemens, sans qu'il soit possible de dire quand elle pourrait survenir. Elle n'a pas précisé quel genre d'informations nouvelles Siemens avait sollicité.

"Le conseil d'administration d'Alstom étudie actuellement une offre ferme de GE", a dit la porte-parole.

"L'examen de toute offre alternative sera effectué avec le même soin et avec la même rigueur que l'offre de GE", a-t-elle poursuivi. "Nous avons reçu à ce stade une indication d'intérêt de la part de Siemens, qui a accès, comme GE, à la data room d'Alstom et donc à toutes les informations nécessaires pour décider s'il le souhaite de transformer son intention en offre ferme."

Le gouvernement français ne voit pas d'un bon oeil l'offre de GE, estimant que la cession des actifs d'Alstom dans l'énergie l'affaiblirait en le cantonnant à sa seule activité transport, de taille plus modeste.

Jeff Immelt, le PDG de GE a fait part ce mercredi de son optimisme dans ce dossier, disant que le groupe américain allait continuer de "travailler de façon constructive" avec le gouvernement français sur son offre de rachat des activités d'énergie, ajoutant s'attendre à voir le projet aboutir.

"Nous savons comment travailler avec les gouvernements. Nous avons une très bonne réputation en France", a-t-il poursuivi.

Pour Berlin et Paris, une alliance entre Alstom et Siemens serait une alternative intéressante en ce qu'elle créerait deux champions industriels.

(avec Natalie Huet à Paris, Wilfrid Exbrayat et Nicolas Delame pour le service français, édité par Jean-Michel Bélot)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M4630859 le mercredi 21 mai 2014 à 19:01

    Alstom veut GE, ils ont juste donner quelques semaines au gouvernement pour que les élections passent, ils ne vont pas non plus données leurs chiffres aux concurrents