Alstom : le dossier empoisonné de Belfort

le , mis à jour à 09:24
2
Alstom : le dossier empoisonné de Belfort
Alstom : le dossier empoisonné de Belfort

Pas question à huit mois de la présidentielle de revivre le scénario de la fermeture et surtout de la « trahison » de Florange ! François Hollande a décidé de montrer les muscles : l’Etat ne laissera pas faire Alstom.

 

Hier, le président de la République a repris les commandes du dossier et a mis sa casquette de syndicaliste pour s’opposer à l’arrêt de la production de trains à Belfort d’ici à 2018, annoncé la semaine dernière par le constructeur ferroviaire, faute de commandes suffisantes en France. « Sauver » le site historique franc-comtois et ses 480 emplois, c’est l’objectif élyséen fixé hier. Une feuille de route volontariste, mais pas suffisante pour rassurer totalement des syndicats et des salariés d’Alstom, échaudés, qui manifestaient hier soir à Belfort. En fin de journée, le secrétaire d’Etat aux Transports, Alain Vidalies, a donc dû enfoncer le clou : il a promis le maintien du site de production « dans les mêmes proportions qui existent aujourd’hui ».

 

Rien de très concret pour l'heure

 

Car si l’Etat est actionnaire d’Alstom depuis novembre 2015 — à la suite de la cession des activités énergie d’Alstom à General Electric, l’Etat a obtenu de Bouygues, qui détient 28,3 % du capital, le prêt de 20 % de ces actions et des droits de vote afférents qu’il pourra racheter d’ici la fin 2017 —, il n’a pas de pouvoir décisionnaire… « Ce que j’ai fait pour Alstom à l’étranger, Alstom doit le faire aussi pour la France », a lancé hier François Hollande, faisant vibrer la corde du patriotisme économique. « Mais nous devons apporter des commandes et c’est le rôle des acteurs publics : régions, entreprises de transport, SNCF, RATP, dans le cadre des marchés qui existent et qui doivent être respectés », at-il aussi estimé.

 

L'affaire a déjà pris une tournure politique

 

Accusé de négligence d’un bord à l’autre de ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • aerosp il y a 3 mois

    macron n'a même pas daigné ouvrir le rapport mis sur son bureau il y a 6 mois, trop occupé à faire sa promotion. Alstom a raison de mettre leur nez dans leur caca

  • remimar3 il y a 3 mois

    On a rendu le travail en France non compétitif et écrasé d'impôts ceux qui ont un peu d'argent. Voilà le résultat. Qui est intéressé pour créer de la valeur ?