Alstom : le conseil d'administration tranchera d'ici lundi

le
0
Le siège d'Alstom à Levallois-Perret (photo d'illustration).
Le siège d'Alstom à Levallois-Perret (photo d'illustration).

La saga industrielle de l'avenir d'Alstom semble approcher du dénouement : à quelques jours du verdict attendu au plus tard lundi, les candidats au rachat des activités énergie du groupe français sont attendus vendredi pour un dernier forcing à l'Élysée. François Hollande reçoit dans l'après-midi Jeffrey Immelt, P-DG du géant américain General Electric, et ses rivaux du tandem germano-nippon Siemens-Mitsubishi, a annoncé tard jeudi la présidence de la République. Auparavant, le chef de l'État réunit autour de lui en matinée, pour la deuxième fois en moins de 24 heures, le Premier ministre Manuel Valls, le ministre de l'Économie Arnaud Montebourg et son homologue de l'Énergie Ségolène Royal. Le gouvernement tente depuis deux mois de peser sur le dossier, qui a relancé en France le débat sur le patriotisme économique, une intervention dont s'est réjoui jeudi soir le ministre des Finances Michel Sapin. "Les dernières propositions de General Electric améliorent considérablement l'offre qu'il avait faite (initialement)", a-t-il commenté depuis Luxembourg. Pour tenter d'arracher la mise, General Electric a présenté jeudi une offre améliorée de rachat d'Alstom, qui inclut une concession de taille au gouvernement. GE veut désormais créer trois coentreprises à parité (turbines à vapeur, réseaux et énergies renouvelables) avec le groupe français Alstom et lui céder son activité de signalisation, en sus des 12,35 milliards d'euros en...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant