Alstom : la bataille est lancée entre General Electric et Siemens

le
2
Alstom : la bataille est lancée entre General Electric et Siemens
Alstom : la bataille est lancée entre General Electric et Siemens

General Electric ? Siemens ? Peut-être même une nationalisation partielle ? Trois pistes sont évoquées pour sceller le destin d'Alstom dont le conseil d'administration se réunit ce mardi. Si la première hypothèse - la reprise par l'Américain - tient pour l'heure la corde, le pdg du groupe français, Patrick Kron, va devoir jouer serré. Il est soupçonné en effet d'avoir organisé la vente «par appartements» de la branche Energie d'Alstom depuis de nombreux mois et d'avoir négocié en catimini avec Jeffrey Immelt, le patron de General Electric, dans le dos des administrateurs d'Alstom comme de celui du gouvernement provoquant la colère d'Arnaud Montebourg. Manuel Valls a confirmé  mardi devant l'Assemblée national que l'Etat sera «à la manoeuvre» sur ce dossier  car «c'est un enjeu stratégique national. Voici les trois scénarios possibles pour l'avenir d'Astom.

Negociation exclusive avec General Electric

C'est de loin l'hypothèse la plus plausible aujourd'hui. Malgré de multiples pressions exercées par le gouvernement ces derniers jours, il semblerait que le Conseil d'administration d'Alstom, qui se réunit ce mardi à 17 heures dans un endroit tenu secret, ait déjà pris sa décision. Il devrait, selon L'Opinion, décider de donner mandat à son PDG Patrick Kron, d'ouvrir une négociation exclusive avec General Electric (GE) la cession du pôle Energie du groupe, soit plus de 70 % du chiffre d'affaires du groupe.

Pour ne pas donner de billes à l'Autorité des marchés (AMF) qui menace de sanctions au cas où toutes les règles d'égalité de traitement n'auraient pas été suivies, les dirigeants d'Alstom devraient se donner totutes les possibilités d'étudier toute offre alternative. Sous-entendu celle de Siemens.

Un «Airbus de l'énergie» avec Siemens.

C'est l'hypothèse portée par l'exécutif français, mais que le camp Alstom a déjà rejeté ces dernières semaines. Le groupe allemand qui vient de déposer ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • jf2007 le mardi 29 avr 2014 à 17:52

    je suis peut être bête, mais siemens ont arrete leur pôle nucleaire aprèse fukushima, pourquoi vouloir acquerir celui d'alstom?

  • JMH01 le mardi 29 avr 2014 à 17:40

    Maintenant que hollande a bien dévalué les entreprises Françaises par le mépris et la défiance, il commence à s'apercevoir que celles-ci sont nécessaires au développement du Pays