Alstom : l'avenir du site de Belfort toujours en question

le , mis à jour à 16:47
0
Alstom : l'avenir du site de Belfort toujours en question
Alstom : l'avenir du site de Belfort toujours en question

Au lendemain d'une manifestation réunissant plusieurs centaines de salariés, il promettait, mercredi, une «solution concrète» à la situation d'Alstom à Belfort (Territoire de Belfort) «dans les prochains jours». Ce vendredi, le secrétaire d'État à l'Industrie, Christophe Sirugue, s'est bien gardé de faire trop de promesses. Après avoir indiqué qu'il participerait mardi 4 octobre à «une réunion de travail» sur l'usine de Belfort  avec les syndicats et la direction du groupe, le secrétaire d'Etat a voulu anticiper tout malentendu : le sauvetage du site, promis par le gouvernement, ne devrait pas être acté lors de cette réunion. 

 

«Je ne vais pas aller à Belfort en disant "Voilà une solution"», a prévenu le secrétaire d'Etat, qui «ne veut pas être dans une pression pour répondre à l'immédiateté». Alstom veut cesser de produire des trains en 2018 et transférer l'activité à Reichshoffen, dans le Bas-Rhin, mais le sort de l'usine de Belfort fait toujours l'objet d'un bras de fer entre l'entreprise et le gouvernement depuis que ce dernier a décidé, il y a trois semaines, de se saisir du dossier et a promis de maintenir son site franc-comtois. 

 

Le PDG ne voit «pas d'issue structurelle» au problème

 

«Tout sera fait» pour empêcher une fermeture, avait promis François Hollande, qui ne peut se permettre pareil déraillement à sept mois de l'élection présidentielle. «Nous présenterons des solutions dans les prochains jours. L'activité ferroviaire à Belfort sera maintenue comme nous nous y sommes engagés», a affirmé jeudi le Premier ministre Manuel Valls au Sénat. L'Etat, actionnaire à hauteur de 20% dans Alstom, veut notamment relancer la commande publique pour booster le site franc-comtois. 

 

Auditionné mardi devant l'Assemblée nationale, le PDG du groupe, Henri Poupart-Lafarge a déclaré qu'il ne voyait «pas d'issue ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant