Alstom : General Electric veut créer 1 000 emplois sur trois ans

le
0
Alstom : General Electric veut créer 1 000 emplois sur trois ans
Alstom : General Electric veut créer 1 000 emplois sur trois ans

C'est presque comme dans une émission de télé-réalité. Les prétendants de ce qui pourrait être «Qui veut épouser Alstom ?» rivalisent de belles promesses, alors que les fiançailles doivent être scellées au plus tard le 23 juin. Si François Hollande a reçu la seconde fois, ce mercredi à 8 heures, Jeffrey Immelt, Pdg de General Electric, c'est devant l'Assemblée nationale, mardi, que le groupe américain et son challenger Siemens ont livré leur première véritable opération de séduction.

Avec d'un côté, General Electric qui a déjà déposé une offre ferme de 12,35 milliards d'euros pour reprendre la branche énergie d'Alstom, et de l'autre le groupe allemand Siemens, qui a annoncé mardi qu'il déposerait une offre de rachat du pôle énergie d'Alstom «au plus tard» le 16 juin. «Nous préparons notre offre avec sérénité, sérieux et détermination en nous appuyant sur deux piliers: une vérification approfondie de la situation financière d'Alstom et une large concertation avec toutes les parties prenantes», a expliqué devant les députés Christophe de Maistre, le président de Siemens France. Et d'ajouter qu'il fallait, de surcroit, «un processus qui garantit bien une égalité de traitement et un juste accés à l'information jusqu'au bout.»

Pour Alstom, son coeur balance pour GE

Alstom n'en fait pas un mystère. A plusieurs reprise, le Pdg d'Alstom Patrick Kron a répété que l'offre de GE était une bonne chose pour l'entreprise française, sur le thème : Alstom renforce GE et GE renforce Alstom. En d'autres termes, les activités complémentaires des deux groupes permettent de garantir l'emploi. Mieux, mardi, Jeffrey Immelt a souligné que le conglomérat américain, implanté de longue date dans l'hexagone où il compte 10.000 employés, a promis d'augmenter l'emploi et de localiser en France ses centres mondiaux pour ses activités turbine à vapeur, énergie hydraulique, éolien offshore et réseaux ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant