ALSTOM et l'Etat vont investir 70 millions d'euros pour sauver l'usine de Belfort

le
0

(AOF) - Christophe Sirugue, secrétaire d'Etat à l'industrie, et Henri Poupart-Lafarge, PDG d'Alstom, ont détaillé ce matin des mesures offrant "l’opportunité de maintenir sur le site de Belfort une activité ferroviaire et industrielle. Par ailleurs, elles s’inscrivent dans une réflexion globale pour conforter les autres sites français d’Alstom". D'abord, l'Etat, à travers l'ADEME, et Alstom consacreront 30 millions d'euros dans les deux prochaines années pour développer à Belfort les motrices du TGV du futur.

Le développement du TGV du futur est assuré par SpeedInnov, coentreprise portée par Alstom et l'ADEME dans le cadre du Programme d'Investissements d'Avenir (PIA) pour développer la future génération de trains à grande vitesse. Les premiers exemplaires seront produits à partir de 2021.

De plus, Alstom va investir 30 millions d'euros d'ici 2018 pour développer et industrialiser une plate- forme de locomotive de manœuvre hybride ou diesel bien adaptée au marché et développée par l'ingénierie de Belfort. L'Etat pourra, après une instruction approfondie, apporter un soutien financier au développement de cette plate-forme.

Le groupe ferroviaire consacrera aussi 5 millions d'euros au site de Belfort d'ici 2019 afin de moderniser l'outil industriel (réparation, maintenance légère et lourde et les travaux de modernisation du matériel) avec un objectif d'employer à terme 150 salariés sur cette activité. Les collectivités locales accompagneront ce projet pour adapter l'infrastructure à ces nouvelles activités, notamment l'électrification de la voie d'essais et divers aménagements.

Enfin, cinq autres millions seront investis d'ici 2020 dans une diversification du site pour la production d'autres types de véhicules ferroviaires et routiers et en particulier le bus électrique. 

Les annonces de ce matin portent aussi sur le carnet de commandes d'Alstom Belfort. La SNCF confirme ainsi sa commande via sa filiale SNCF Mobilités de 6 rames TGV pour la ligne Paris-Turin-Milan, et via sa filiale SNCF Réseau de 20 locomotives destinées au secours des trains en panne. Par anticipation de l'arrivée des lignes à grande vitesse Bordeaux-Toulouse et Montpellier- Perpignan, l'Etat commandera 15 rames TGV Euroduplex pour équiper la ligne Intercités Bordeaux-Marseille. Enfin, l'Etat confirmera avant novembre 2016 la commande de 30 rames Intercités. Ceci permettra de conforter le site Alstom de Reichshoffen.


Valeur associée
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant