Alstom : Bouygues n'a pas l'intention de céder ses parts à Mitsubishi

le
2
Alstom : Bouygues n'a pas l'intention de céder ses parts à Mitsubishi
Alstom : Bouygues n'a pas l'intention de céder ses parts à Mitsubishi

Le trouble-fête. Le groupe Bouygues a affirmé mardi soir vouloir conserver les 29,3% de capital qu'il détient dans Alstom, adressant ce qui s'apparente à une fin de non-recevoir à l'offre du conglomérat japonais Mitsubishi Heavy Industries (MHI). Dans sa proposition commune avec Siemens portant sur la branche énergie d'Alstom, MHI avait annoncé souhaiter en effet monter jusqu'à 10% du capital d'Alstom en rachetant une partie des parts de Bouygues.

>POUR EN SAVOIR PLUS sur la reprise d'Alstom, cliquez-ici.

Le pdg de MHI, Shunichi Miyanaga, avait indiqué un peu plus tôt avoir envoyé lundi au géant français du BTP une lettre pour lui signifier cette offre.

Mais par la voix de son porte-parole, Bouygues, qui «souhaite rester un actionnaire de long terme d'Alstom à hauteur de 29,3%» a indiqué  n'avoir reçu cette offre «que ce matin» (mardi) et qu'elle est formulée par MHI «sous réserve que la BPI rentre à hauteur égale» du groupe nippon dans le capital d'Alstom. Par ailleurs, cette offre ne contient «aucune proposition de prix», a précisé le porte-parole de Bouygues, qui rappelle que les deux administrateurs du groupe au sein du conseil d'administration d'Alstom (qui en compte 14) «suivront la recommandation du conseil» sur les offres en concurrence.

Rush final pour les négociations

General Electric a déposé une offre, qui expire le 23 juin, de 12,35 milliards d'euros pour racheter la totalité du pôle énergie d'Alstom. Siemens et MHI ont fait une proposition commune dans laquelle le groupe allemand reprendrait l'activité de turbines à gaz pour 3,9 milliards d'euros et MHI, outre sa prise de participation de 10% dans le groupe, proposerait d'injecter 3,1 milliards d'euros pour créer trois coentreprises dans lesquelles Alstom resterait majoritaire. Dans une deuxième phase, des discussions seraient ouvertes sur les activités transport, pour lesquelles Siemens propose la création d'un champion européen du ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M3182284 le mercredi 18 juin 2014 à 00:23

    et maintenant mon te bourre le mou? Nationalisation? Quel message simpliste et vomitif vas-tu véhiculer à ta clientèle, les masses aveugles bêtes et méchantes? je livrerais la France à l'angleterre plutôt que d'adhérer à la Fraance de ce robespierre d'opérette

  • crcri87 le mercredi 18 juin 2014 à 00:20

    Et pan sur le bec !! Un actionnaire reste donc propriétaire de ses actions et de son droit de vote, ce qui est normal.Ségolène, Montecourge et le Pingouin font perdre du temps à tout le monde et de plus ne comprennent rien aux affaires