Alstom au service des ambitions de Mitsubishi et Hitachi

le
7
ALSTOM, VÉHICULE POTENTIEL DES AMBITIONS DU JAPONAIS MITSUBISHI
ALSTOM, VÉHICULE POTENTIEL DES AMBITIONS DU JAPONAIS MITSUBISHI

TOKYO (Reuters) - La participation de Mitsubishi Heavy Industries à une offre de Siemens sur une partie de la branche énergie d'Alstom correspond à une ambition du groupe japonais de s'internationaliser après une importante réorganisation de ses activités.

Shunichi Miyanagi, le président de Mitsubishi Heavy, a fait part le mois dernier de la volonté du groupe d'accélérer sa croissance à l'international par le biais de fusions, d'acquisitions et d'alliances.

Pour y parvenir, l'entreprise a réduit son endettement tout en se constituant un trésor de guerre de près de quatre milliards de dollars (2,95 milliards d'euros).

Le groupe vient par ailleurs d'achever sa réorganisation qui a vu ses neuf ex-segments d'activité refondus en quatre "domaines" à compter du nouvel exercice fiscal entamé le 1er avril.

Hitachi s'est dit disposé à s'associer à Mitsubishi Heavy pour un rapprochement avec Alstom. Les deux groupes japonais proposent de regrouper leurs turbines à vapeur avec celles du groupe français, mais à travers cette opération ce sont surtout ses clients en Europe qu'ils lorgnent.

Peu présents sur le Vieux Continent, ils cherchent à y vendre des turbines mais aussi d'autres équipements nucléaires et électriques.

"Ils sont faibles en Europe mais forts en Asie", relève Tom O'Sullivan, fondateur de la firme de conseil Mathyos Japan. "Cela leur donnerait accès aux clients d'Alstom."

Les turbines à vapeur d'Alstom représentent plus de 20% des capacités mondiales installées et équipent plus de 30% des centrales nucléaires, selon le site internet du groupe français.

Mitsubishi Heavy et Hitachi ont récemment regroupé leurs actifs dans l'énergie thermique pour être plus forts à l'international.

Hitachi a par ailleurs obtenu de construire deux réacteurs nucléaires au Royaume-Uni après avoir repris les parts des allemands E.ON et RWE dans le projet Horizon.

L'alliance des deux groupes avec Alstom donnerait toute satisfaction au Premier ministre Shinzo Abe, qui pousse les groupes japonais à vendre leur savoir-faire sur les marchés étrangers après la fermeture des centrales nippones consécutive à la catastrophe de Fukushima en 2011.

(Aaron Sheldrick et Tim Kelly, Véronique Tison pour le service français, édité par Benjamin Mallet)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • jean.coq le lundi 16 juin 2014 à 17:56

    M1792991 - en ce qui concerne le "chaumage" les exploitants agricoles en ont beaucoup à revendre à la fin des récoltes de céréales.

  • M1792991 le lundi 16 juin 2014 à 15:18

    Pour repondre a M2286010, si les politiques avaient un certains bons sens industriel et economique nous ne serions pas dans une telle galere de dettes et de chaumage.Quand donc aurons nous une Tatcher ou un Schroder capable de dire non aux abus indecents des syndicats qui ont ruine des secteurs entiers d'activite comme la construction et la reparation navale. Mais non, on prefere s'occuper de marier les homos et d'elargir les delinquants. Pauvre France.....

  • faites_c le lundi 16 juin 2014 à 15:17

    J'attends encore jusqu'à la fin juin pour voir comment cela se goupille mais vu que Mr Montebourg a décidé que GE ne doit pas être l'acquéreur (pourquoi???) et vu que l'état s'est arrogé ex nihili un droit de véto, je pense que la messe est dite! Cette société n'offrant aucune opportunité à plus ou moins 5 ans et ne versant plus de dividendes, je ne vois aucune raison de conserver mes titres!

  • gacher le lundi 16 juin 2014 à 15:17

    Ca ressemble de plus en plus à un tissu de k onn nerie. A l'image de Montebourg, tout ce que fait le gouvernement est d'une bêtise à pleurer. Si ils avaient un peu d'amour propre, ils se tiraient une balle dans le crane, mais faut pas rêver, ils sont lâche en plus

  • zwang12 le lundi 16 juin 2014 à 15:05

    L'Etat non actionnaire n'a aucun droit de vote. Il faut laisser les actionnaires de décider à qui ils veulent vendre leur société.

  • pallach le lundi 16 juin 2014 à 14:57

    Et en quoi cet accord donnerait à ALSTOM l'accès aux clients de Mitsubishi ? Quelle naïveté !

  • M2286010 le lundi 16 juin 2014 à 14:06

    Un accord Siemens/Mitsubishi donnerait accès à Mitsubishi aux clients européens d'Alstom. C'est ce que Montebourg appelle une alliance entre égaux? Que chacun s'occupe de son domaine et les vaches seront bien gardées...Aux politiques les grands discours fumeux, les visites des marchés aux légumes, les émissions de télé, aux industriels la marche de l'économie...