Alsace: une start-up invente le bikini connecté au smartphone

le
0
Alsace: une start-up invente le bikini connecté au smartphone
Alsace: une start-up invente le bikini connecté au smartphone

Après la brosse à dents ou les chaussures de sport, le maillot de bain devient à son tour "connecté": c'est le pari d'une PME de Mulhouse, dont les bikinis munis d'un capteur solaire préviennent par smartphone leur propriétaire qu'elle doit s'enduire de crème solaire."L'idée m'est venue tout simplement, un jour où j'ai vu quelqu'un prendre un coup de soleil sur la plage", explique Marie Spinali. Depuis la mi-mai, la start-up qu'elle dirige, Spinali Design, commercialise cette innovation à partir de son site web. "Je me suis dit +après tout, il existe bien des pots de fleurs qui préviennent quand les plantes ont soif, il faudrait donc inventer quelque chose pour avertir quand le soleil tape trop fort+", ajoute la jeune femme, qui espère vendre cette année un millier de ces maillots de bain d'un nouveau genre, entièrement "made in France", et proposés pour le moment uniquement aux femmes.Sur le bikini, un produit haut de gamme vendu 149 euros et fabriqué sur mesure, est attaché un petit capteur noir étanche qui mesure le rayonnement des ultraviolets. L'information est transmise au smartphone ou à la tablette de l'utilisatrice, qui aura auparavant précisé son type de peau et son niveau de bronzage. Munie de toutes ces données, l'application n'a plus qu'à déclencher une "alerte crème solaire"... laquelle peut même être envoyée au smartphone d'un tiers, à charge pour lui d'enduire de crème sa dulcinée.- Vers des capteurs miniaturisés -"Ce n'est pas un gadget", assure Mme Spinali, soulignant que "lorsque les gens pensent à se mettre de la crème, souvent il est trop tard, ils ont déjà pris des coups de soleil".Pour le Dr Claudine Blanchet-Bardon, vice-présidente du Syndical national des dermatologues, "la démarche est intéressante, car tout ce qui peut prévenir les gens contre l'exposition aux UV est bon à prendre". Cependant, "le fait que ce soit ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant