Alsace : plusieurs cygnes décapités, le maire porte plainte

le
0
Alsace : plusieurs cygnes décapités, le maire porte plainte
Alsace : plusieurs cygnes décapités, le maire porte plainte

Le maire de Hoenheim (Bas-Rhin), à 5 km de Strasbourg, veut mettre fin au carnage qui décime les cygnes de sa ville depuis deux mois. Lundi 22avril, il a déposé plainte contre X au nom de la commune pour des actes de violence perpétrés sur ces animaux, notamment à coups de pistolet à bille et à l'arme blanche.

«Au total, une douzaine de cygnes ont été retrouvés morts ou blessés, dont deux avec la tête coupée, deux avec le crâne fracassé et deux autres noyés», assure l'édile Vincent Debes au Parisien.fr. La Ligue de protection des oiseaux (LPO) du Bas-Rhin a elle aussi dénoncé cette forme de «destruction d'espèces».

Une décapitation et trois coups de feu

Pendant plusieurs semaines, l'édile alsacien a vu se multiplier les signalements de cygnes tués ou mal en point. Ce n'est que dimanche qu'il en a été directement témoin. En faisant son footing le long du canal de la Marne au Rhin, il tombe sur un premier cygne décapité. Dans la foulée il entend au loin deux détonations. Il poursuit son chemin et en découvre le résultat : deux cygnes blessés, dont les têtes reposent sur le sol.

C'est alors qu'il surprend un jeune homme en train de faire une nouvelle victime, le visant en pleine tête avec son pistolet à billes. Le maire parvient à coincer le tireur et son acolyte, âgés de 15 et 17 ans, qui avouent avoir tiré sur plusieurs cygnes ce jour-là. Il les contraint à vider leur sac, dans lequel se cachent un marteau, un couteau, un masque à gaz et un pistolet à air comprimé rempli de billes.

Les adolescents n'ont reconnu être responsables que d'une partie des actes perpétrés depuis deux mois. Ils n'ont pas été arrêtés pour le moment et l'on ne sait pas encore s'ils sont responsables des décapitations et des crânes fracassés.

Au vu de l'ampleur des attaques, le maire n'a pas voulu porter plainte uniquement contre eux deux, mais contre X, demandant que l'enquête soit élargie à d'autres...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant