Alpine et Ligier au Mans, le rendez-vous des nostalgiques

le
0
En décrochant la pole dans la petite catégorie, le LMP2, la Ligier du OAK Racing a démontré le savoir-faire du petit constructeur du Mans.
En décrochant la pole dans la petite catégorie, le LMP2, la Ligier du OAK Racing a démontré le savoir-faire du petit constructeur du Mans.

Deux marques mythiques du sport automobile français, Alpine et Ligier, communiquent sur leur renouveau, leur renaissance, cette année aux 24 Heures du Mans, grâce à de petits prototypes engagés dans la catégorie LMP2.

Le retour de Ligier au Mans, 39 ans après la 2e place de Jean-Louis Lafosse et Guy Chasseuil, dans une JS2, fait rêver les passionnés longtemps nourris aux exploits de l'écurie française en Formule 1, avec son pilote fétiche Jacques Laffite, jusqu'à une victoire historique d'Olivier Panis au GP de Monaco 1996.

La marque a ensuite survécu grâce aux qualités de ses petites voitures électriques, puis a refait son apparition en 2004 dans les championnats d'endurance pour pilotes amateurs. Après un retour manqué comme constructeur en Formule 3, Ligier s'est associé à Onroak Automotive, fournisseur de plusieurs écuries de LMP2, pour accoucher de la JS P2.

À 83 ans, des sauts de joie

Le premier coup d'éclat a eu lieu jeudi à minuit : la pole position en LMP2 grâce à l'écurie TDS Racing et un trio de pilotes français, Gommendy-Thiriet-Badey, sous les yeux de Guy Ligier en personne. Âgé de 83 ans, il assure avoir "sauté de joie" en voyant la JS P2 lors de sa première sortie en mars.

"C'est un partenariat", assure le président de l'entreprise mancelle, l'homme d'affaires Jacques Nicolet. "La construction, c'est Onroak, avec l'aide de Ligier. On a réuni nos forces. Des ingénieurs Ligier travaillent dans nos bureaux." Onroak...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant