Alpha MOS va recentrer ses activités pour ne pas couler

le
0
La société toulousaine, qui a développé un nez électronique, va filialiser ses branches médicales et militaires.

Vaste enjeu que celui de digitaliser les sens humains au bénéfice de l'industrie. C'est le défi que s'est fixé la PME toulousaine Alpha MOS voilà vingt ans. Vendredi, cette entreprise cotée en Bourse a demandé son placement en redressement judiciaire devant le tribunal de commerce de Toulouse.

Bien que comptant de prestigieux clients - du leader mondial de l'électroménager blanc Haier au boucher Fleury-Michon, en passant le groupe de défense Thales ou encore la Food & Drug Administration (FDA) américaine -, l'entreprise qui réalise 9 millions d'euros de chiffre d'affaires n'a que rarement présenté des comptes positifs. Las, le président d'Alpha MOS, Jean-Christophe Mifsud, dit sa société victime «d'un effet ciseau»: un crédit impôt recherche d'un montant de 420.000 euros qui tarde à lui être accordé, un cours de Bourse en chute, un donneu...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant