Alpes : des hébergements d'urgence pour les naufragés de la neige

le
0
Alpes : des hébergements d'urgence pour les naufragés de la neige
Alpes : des hébergements d'urgence pour les naufragés de la neige

Le chassé-croisé des vacanciers sur les routes a tourné au cauchemar en Rhône-Alpes, ce samedi, jour classé noir dans le sens des départs. Au trafic intense s'était ajoutée une alerte orange neige-verglas sur cinq départements du massif alpin - l'Ain, l'Isère, la Savoie et la Haute-Savoie et les Hautes-Alpes. Elle a été levée à 22 heures. «Un risque d'averse persiste cependant pour la nuit sur les départements alpins, averses de neige au-dessus de 300 à 400 mètres d'altitude, mais ne donnant que de faibles quantités au sol», a précisé Météo France.

Samedi matin, la neige avait rendu l'accès aux Alpes très difficile, avec des axes coupés et des trajets à rallonge, avant même de monter vers les stations de ski.  Un pic de 230 km de bouchons avait été comptabilisé à 13 heures. Les principales difficultés se concentraient sur les autoroutes A43 et A48 qui permettent de rejoindre les stations alpines depuis Lyon via Chambéry et Grenoble. Ces deux autoroutes ont été totalement ou partiellement fermées en raison d'importantes chutes de neige qui ont occasionné d'importants bouchons. Nombre d'usagers y sont restés piégés pendant des heures. Vers 22h40, l'A48 était rouverte dans les deux sens, l'A43 était toujours fermée dans le sens Lyon-Chambéry.

De son côté, la préfecture de l'Isère avait demandé aux automobilistes de «renoncer à prendre la route ce soir». Histoire de ne pas prendre le risque de passer la nuit bloqué sur la route...

Des hébergements d'urgence mis en place. Comme à Noël, où la neige avait déjà perturbé la route des vacanciers, des lieux d'hébergement d'urgence devaient ouvrir en soirée dans des communes du nord de l'Isère, notamment à Saint-Quentin-Fallavier, et à Villefontaine. A 22 heures, 200 personnes avaient trouvé refuge au palais des sports de Bourgoin-Jallieu, rapporte «le Dauphiné Libéré». 

«Le phénomène est en train de se résorber. Nous ouvrons des centres ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant