Alors, pépère, on se décide ?

le
0
Hollande attend sans doute que ça se décante, comme à son habitude. Sans voir le discrédit qui le frappe, explique Jean-Michel Helvig.
Hollande attend sans doute que ça se décante, comme à son habitude. Sans voir le discrédit qui le frappe, explique Jean-Michel Helvig.

L'indécision de Hollande, l'explosion du centre... Après la grande recomposition de la droite imposée par la victoire de Fillon, qui a vu une ligne claire l'emporter, les éditorialistes de la presse écrite reviennent sur le chaos qui règne sur la moitié de l'échiquier politique français.

Hollande à pile ou face ?

Dans Les Échos, Cécile Cornudet décrit le désarroi socialiste devant les atermoiements de François Hollande : « (...) L'actuel président est en train d'ériger le management de ses troupes en contre-modèle absolu. Y aller ou pas (à la présidentielle), quand, où, avec ou sans primaire ? Messages à clés et contre-messages envoyés par ses fidèles. Le management par l'incertitude met les nerfs socialistes à rude épreuve. Il faut être journaliste, micros éteints, pour entendre la longue complainte des ministres, élus, conseillers, qui s'irritent, s'emportent, s'indignent ? toute la gamme des sentiments est à l'oeuvre ? et ne comprennent pas le drôle de jeu présidentiel.

Les sondés non plus, d'ailleurs : le chef de l'État est dans notre baromètre Elabe quasiment effacé par Emmanuel Macron et Jean-Luc Mélenchon. »

LIRE aussi François Hollande plonge son camp dans « le brouillard »

Dans Le Midi libre, Jean-Michel...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant