Alors, il était comment ce retour de Fékir ?

le
0
Alors, il était comment ce retour de Fékir ?
Alors, il était comment ce retour de Fékir ?

Impossible de passer à côté de cette info depuis samedi avec la foultitude d'images générées par un simple match du groupe B du Championnat de France Amateur : le retour à la compétition de Nabil Fékir avec la réserve lyonnaise, défaite à domicile par MDA Chasselay (0-1). Mais qu'en ont pensé ses adversaires ?

"Ça faisait longtemps que je n'avais pas vu la plaine des jeux aussi animée et remplie. La dernière fois, de mémoire, c'était déjà pour un derby. Avec la réserve de l'OL, il y avait déjà du beau monde : Claudio Caçapa, Nilmar, Karim Benzema, Hatem Ben Arfa..." Comme le milieu de terrain de Chasselay Anthony Esparza, 30 ans et formé dans la Capitale des Gaules, ils ont été nombreux à se délecter de l'animation autour du terrain n°10 de Gerland, situé à quelques encablures de l'ancien temple cher aux Caveglia, Anderson, Juninho et consorts. Avec le retour de l'enfant prodige Nabil Fékir, enfin de retour aux affaires depuis cette blessure au ligament croisé du genou droit, qui s'était fait la malle contre le Portugal en septembre 2015, il était prévisible de voir du monde autour de la main courante.

Rafael : " Fekir peut faire mieux que Ronaldo "
Qui plus est pour un derby entre deux clubs voisins de CFA, avec un club pro ayant formé une grosse dizaine d'éléments de celui des Monts d'Or. "Même si ce n'est pas mon premier match avec un tel engouement à ce niveau, c'est vrai que c'est sympa de jouer devant 2 000 personnes, les caméras... On se prend pour des pros", se marre le portier chasselois Daniel Jaccard, passé notamment par le GF38 et lui aussi élevé à Tola Vologe. 2000 personnes évidemment pas venues pour sa gueule, si belle soit-elle. Pas même pour celle de Ludo Giuly, qui a placé sur la carte de France du football ce village aisé d'à peine 3000 âmes. Absent, "Super souris" joue beaucoup moins que la saison dernière.

Nabilon, entre diagonales et cachotteries


De ce match, que retenir, mis à part les retrouvailles avec le toucher de balle soyeux et les crochets à déplacer le bassin des défenseurs chers à l'international ? Une opposition de style, avec un onze lyonnais joueur face à un bloc chasselois plus regroupé. Un choix en conséquence de ce retour particulier ? "Pas du tout, il n'y avait pas lieu de faire du anti-Fekir. On a une équipe expérimenté, avec des garçons bons techniquement et tactiquement, donc on avait choisi cette équation compliquée pour des jeunes de rester bas et regroupés. On avait déjà fait ce choix l'an passé et ça…





Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant