Almunia: Bruxelles ne fait pas «d'idéologie»

le
0
INTERVIEW - Le commissaire européen à la Concurrence répond au PDG d'Orange, qui a accuse la Commission de faire le jeu de l'américain Cogent.

Parmi les vingt-huit commissaires européens, le titulaire du portefeuille de la Concurrence tient une place à part: Joaquin Almunia dispose d'un pouvoir de sanction étendu et peut infliger, aux gouvernements comme aux entreprises, des pénalités qui se comptent parfois en centaines de millions d'euros. Une spécificité qui lui vaut d'être en première ligne. Lundi dernier, le PDG d'Orange avait ainsi dénoncé la politique de la concurrence de Bruxelles. Réponse de l'intéressé.

LE FIGARO.- Vous êtes l'arbitre de la concurrence en Europe. Est-ce plus difficile en pleine crise économique?

Joaquin ALMUNIA.- Je ne chôme pas. Avec la crise, la tentation est forte de demander plus de protections et moins de concurrence. C'est la pire des solutions. L'UE a besoin de croissance et de...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant