Almería-Elche, le duel des bannis

le
0
Almería-Elche, le duel des bannis
Almería-Elche, le duel des bannis

Sur les terres andalouses, un parfum de Liga 2014-2015 planera dans le stade des Jeux méditerranéens ce mercredi soir, en Coupe du Roi. Condamnés ensemble à la relégation la saison passée, les deux escouades auront pourtant des défis bien distincts cette saison. Explications.

Almería, objectif Liga


  • La situation :

    Il n'est jamais facile de se maintenir en Liga, surtout lorsque l'on ne fait pas partie des historiques de la première division espagnole. En 2013-2014, l'Union Deportiva Almería s'était sauvée au buzzer grâce à un match nul et vierge contre l'Athletic Bilbao. De nouveau impliquée jusqu'à la dernière journée dans la bataille pour le maintien la saison passée, l'UDA aura fini par rendre les armes à domicile. La faute au FC Valence, venu pour s'assurer une place de barragiste en Ligue des champions sous la pression du FC Séville (2-3). Pas de quoi paniquer pour autant. Au vu des dernières saisons, les Rojiblancos détiennent l'expérience nécessaire pour faire face à ce type de déconvenue. Promu une première fois en 2007 dans l'élite du football espagnol, l'équipe redescend en Liga Adelante en 2011 avant de remonter deux ans plus tard pour faire partie de la crème de la crème.

  • L'objectif de la saison 2015/16 :

    Il est clair : prendre l'ascenseur du haut de tableau et se réinviter le plus tôt possible au top niveau pour l'année 2016. Côté transferts, si certains cadres comme Verza (Levante) ou Tomer Hemed (Brighton) ont mis les voiles, l'ex-Lorientais Sebastian Dubarbier a gardé confiance dans le projet de remontée directe. Nouvelle preuve de la sérénité andalouse, la reconduction de Sergi Barjuan au poste d'entraîneur malgré la relégation. Invaincu durant la préparation estivale, l'ancien latéral du FC Barcelone faisait un bref état des lieux avant la réception du CD Leganés pour la première journée de championnat. "Nous arrivons dans des dispositions idéales pour démarrer ce championnat. En deuxième division, les équipes se valent toutes et peuvent te gêner à n'importe quel moment. Mieux vaut prévenir que guérir, et être conscients qu'il faut aborder tous les matchs comme ceux de notre préparation. Chaque semaine, tous les entraîneurs seront confrontés à une partie d'échecs." Pour le moment, Sergi la joue comme le Néerlandais Anish Giri, puisque son équipe pointe au sixième rang du classement, avec deux victoires et une…




  • Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

    Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
    Devenez membre, ou connectez-vous.
    Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant