Allocations familiales : Jospin et Aubry avaient déjà dû renoncer

le
1
Le premier ministre Lionel Jospin avait déjà proposé de «rendre plus juste» ces allocations.

Ce n'est pas la première fois que la gauche tente de toucher aux allocations familiales. En juin 1997, dans son discours de politique générale, le premier ministre Lionel Jospin avait déjà proposé de faire tomber ce tabou de l'universalité de ces allocations. «Afin de rendre plus juste et plus efficace notre système d'aide aux familles et d'en réserver le bénéfice à celles qui en ont effectivement besoin, les allocations familiales seront placées sous conditions de ressources inférieures à 25 000 francs par foyer», avait-il alors annoncé.

Cette déclaration avait valu au nouveau chef du gouvernement les applaudissements nourris des députés de la gauche plurielle. Mais à droite et parmi les associations familiales - l'Unaf en tête -, la mesure déclenchait une levée de boucliers. Un front contre lequel Lionel Jospin et Martine Aubry, alors ministre de l'Emploi et de...



Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M1531771 le lundi 18 fév 2013 à 20:37

    Veulent taxer les allocs et veulent aussi taxer les propriétaires dont les remboursements d'emprunts seront terminés....tout ça en assimilant l'absence de mensualités à des revenus...c'est hallucinant !