Alliot-Marie défend son bilan au Quai d'Orsay

le
0
VIDÉO - Limogée après trois mois à la tête de la diplomatie française, Michèle Alliot-Marie a rendu hommage au personnel du ministère des Affaires étrangères. Son successeur, Alain Juppé, a insisté sur la nécessité de refonder l'Union pour la Méditerranée.

Michèle Alliot-Marie se sera battue jusqu'au bout. La ministre sortante, qui assurait dans sa lettre de démission «n'avoir commis aucun manquement», a tenu à défendre son bilan à la tête du Quai d'Orsay, mardi, lors de la passation de pouvoir avec Alain Juppé. Lâchée par une partie du personnel diplomatique, qui a exprimé dans des tribunes anonymes ses divergences de vues sur la gestion des révoltes arabes, Michèle Alliot-Marie a exprimé lors de ce baroud d'honneur sa «fierté» d'avoir été à la tête de la diplomatie française, où «chacun fait de son mieux pour que notre pays soit à la hauteur de sa réputation».

A l'issue d'un entretien d'une trentaine de minutes avec son successeur, la ministre sortante, visiblement émue, a voulu rappeler sa détermination à «moderniser le fonctionnement» du Quai d'Orsay. «Il y a à peine plus de trois mois, je vous ai dit ma volonté d'en faire un centre d'expertise, d'anticipation pour les décisions gouvernementales d

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant