AllianzGI voit des opportunités du côté des actions européennes et des obligations high yield

le
0
(NEWSManagers.com) -

A quelques encablures de la trêve estivale, dans un contexte de marchés toujours très difficile, les grands gestionnaires restent attachés aux actifs risqués. Il y a quelques jours, Franck Nicolas, directeur allocation globale et ALM chez Natixis Asset Management, préconisait une modeste surexposition aux actions dans toutes les stratégies.

Fin juin, AllianzGI Investments Europe s' est également engagé pour les actions, notamment européennes, avec une allocation de 65% sur la base d' un portefeuille 50% actions/50% obligations. " Nous sélectionnons toujours nos titres selon les mêmes critères de visibilité: une présence sur des vecteurs, dans des pays ou des zones porteurs de croissance, comme les marchés émergents, un bilan de qualité, une trésorerie abondante, les moyens de verser durablement un dividende conséquent et la capacité à défendre ses prix de vente" , explique Catherine Garrigues, responsable de la gestion actions chez AllianzGI Investments Europe.

D' où un intérêt marqué pour la chimie " dont les marges dépassent les plus hauts atteints en 2008" ainsi que pour les biens de consommation discrétionnaires et les matériaux. Catherine Garrigues retient également la pharmacie en Europe, très bon marché, dont la dynamique est modérée mais qui dispose de marges élevées et stables et d' une trésorerie exceptionnelle.

Côté crédit, Alexandre Caminade, responsable de la gestion et de l' analyse crédit, relève que dans un marché sans réelle tendance, les obligations privées restent insensibles à la tempête sur la dette souveraine à la faveur de deux principaux facteurs. Tout d' abord, l' excellente qualité des bilans et de la rentabilité des entreprises. Ensuite, une demande qui reste forte, car les investisseurs disposent de liquidités abondantes et considèrent les obligations d' entreprises comme rémunératrices et bien plus sûres que certains emprunts d' Etat." Nous nous intéressons toujours plus particulièrement à la dette high yield pour la rémunération offerte, ainsi que l' amélioration du risque induite par la réduction de l' endettement et un taux de défaut qui devrait rester faible" , estime Alexandre Caminade

info NEWSManagers

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant