Allianz GI préconise l'obligataire au travers du high yield

le
0
(NEWSManagers.com) - Lors de la présentation de sa stratégie d' investissement pour 2011, l'équipe d' Allianz Global Investors Investments Europe a mis en exergue les principaux thèmes d'investissement pour l'année à venir. " La problématique de la dette souveraine et le désendettement des Etats demeure en 2011 un des thèmes principaux. Il s'agit là d'un thème important, qui devrait être présent dans les 10 à 15 prochaines années, au moins" , souligne Franck Dixmier, chief investment officer.
Allianz GI Investments Europe reste à l'écart des pays périphériques à problèmes (Portugal, Espagne, Irlande, Grèce) et évite des pays moins solides, comme la Belgique ou la France. " En Europe, nous préconisons de rester majoritairement investi sur les pays dits 'c?urs', comme l'Allemagne ou la Finlande, tant que tant qu' une solution politique d' ampleur au risque souverain n' est pas trouvée" , ajoute Thierry Million, responsable de la gestion de taux. Concernant les taux, il estime que la baisse tendancielle des taux longs est arrivée à son terme. " Il faut donc s'attendre à l' amorce d' une remontée très progressive des taux en 2011" , selon Thierry Million.
Pour l'investissement dans le crédit, Allianz GI Investments Europe est toujours très positif sur le high yield. " Le high yield promet d'être encore en 2011, l' une des meilleures classes d' actifs obligataire" , inisiste Alexandre Caminade, responsable de la gestion et de l' analyse crédit. Si la montée du risque souverain affecte le marché du crédit, notamment le secteur bancaire et le secteur des services publics aux collectivités, ces secteurs ne représentent que 15 % de l' indice du crédit " High
Yield " contre près de 60 % de l' indice du crédit de qualité " Investment Grade " . Alexandre Caminade rappelle qu'en 2010, " le gisement du marché high yield s' est considérablement enrichi d' émissions nouvelles" . Le responsable de la gestion crédit privilégie les secteurs non cycliques, comme les télécommunications, les boissons ou l' alimentation et s'intéresse particulièrement aux obligations senior " secured" , gagées sur des actifs " dont nous examinons attentivement la qualité" , souligne-t-il. " Ces obligations offrent un rendement de 6 % à 8 % par an, avec un taux de recouvrement de 60 % à 70 %, contre les 30 à 35 % de moyenne historique" , explique Alexandre Caminade. En revanche, il indique rester le plus souvent à l' écart des émetteurs corrélés au risque des pays " périphériques" .
Enfin, pour les actions, Catherine Garrigues souligne appliquer une approche " sélective, privilégiant qualité et perspectives de croissance" . La responsable de la gestion actions a identifié trois domaines où les opportunités sont nombreuses : les pays émergents, avec comme thème principal la croissance de la consommation et l'émergence d'une bourgeoisie locale; les petites et moyennes valeurs, dont la croissance bénéficiaire, souvent remarquable, s' appuie sur des métiers à croissance rapide, et enfin les opérations financières. " La remontée des flux de trésorerie d' exploitation vers leurs plus hauts niveaux depuis 15 ans dote les entreprises de nouveaux moyens, ce qui amènera la reprise des opérations de croissance externe" , conclut Catherine Garrigues.

info NEWSManagers

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant