Allianz GI : L'Allemagne va-t-elle poursuivre sur sa lancée ? L'impact de la « grande coalition » sur les entreprises allemandes

le
0

Avant de former une grande coalition avec l'union chrétienne-démocrate (CDU), le parti social-démocrate (SPD) demande à ses 470 000 membres de s'exprimer sur le principe même de cette coalition. Les votes seront comptabilisés le 14 décembre 2013. Deux jours avant la fin du scrutin, près des deux tiers des adhérents du SPD ont déjà voté et la plupart des observateurs s'attendent à un résultat favorable à la grande coalition. Matthias Born, gérant senior actions européennes et allemandes chez Allianz Global Investors, explique l'impact que le programme politique de la grande coalition pourrait avoir sur les entreprises allemandes et leur compétitivité.

Matthias Born, gérant senior actions européennes et allemandes chez Allianz Global Investors, affirme que : « La ratification de l'accord par les adhérents du SPD permettra de donner naissance à un gouvernement solide, qui favorisera la stabilité et le soutien de la zone euro. Toutefois, les réformes économiques risquent de ne trouver qu'une place limitée sur l'agenda politique. Nous pensons donc que le gouvernement allemand poursuivra sur sa lancée, avec des changements plus lents et laborieux. Or, l'Allemagne aurait vraiment besoin de ces réformes. L'accord passé entre la CDU/CSU (1) et le SPD porte sur de nombreux points, mais nous pensons que deux aspects en particulier auront un fort impact sur l'économie allemande : le durcissement de la réglementation du marché de l'emploi et les nouvelles dépenses en matière d'éducation, d'infrastructures de transport et de recherche & développement (R&D). »

Conséquences du durcissement de la réglementation du marché de l'emploi
La grande victoire du SPD réside dans sa proposition d'instaurer à l'échelle nationale un salaire horaire minimum de 8,50 euro à partir de 2015. L'accord entre les deux partis porte également sur le durcissement de la réglementation du travail intérimaire. Le recours aux travailleurs intérimaires sera limité à 18 mois et ceux-ci bénéficieront d'une rémunération alignée sur un emploi permanent équivalent au-delà de neuf mois. Ces mesures viennent annuler les réformes initiées en 2003, qui avaient offert à l'industrie allemande davantage de flexibilité en généralisant le recours au travail intérimaire au cours des dix dernières années.

Matthias Born : « L'impact négatif de la législation sur le salaire minimum sera variable d'une entreprise à l'autre, selon son secteur et sa taille. Les grandes entreprises ne seront pas affectées, mais le compte de pertes et profits (P&L) des petites et moyennes entreprises du secteur des services souffrira probablement de la hausse des salaires. Les effets pénalisants du durcissement de la réglementation du marché de l'emploi ne seront pas immédiats; ils n'apparaîtront que progressivement au cours des années à venir. Le point positif est que la législation sur le salaire minimum pourrait contribuer à relancer la consommation, puisqu'un salaire minimum de 8,50 euros correspondrait à une augmentation totale des salaires de 3%. Toutefois, dans les secteurs à bas salaires, des emplois risquent fort d'être supprimés, ce qui contrebalancera l'effet positif attendu sur la consommation. En résumé, le durcissement de la réglementation du marché de l'emploi viendra pénaliser l'économie allemande, même si ses conséquences ne seront pas visibles avant plusieurs années. »

De nouvelles dépenses en perspective
La grande coalition s'est engagée à affecter 23 milliards d'euros à l'éducation, aux infrastructures de transport et à la R&D d'ici 2017. Ces dépenses sont toutes pertinentes aujourd'hui en Allemagne.
Toutefois, la grande coalition ayant promis de n'augmenter ni les impôts ni la dette publique, la question du financement de ces dépenses et de la réforme des retraites se pose. Ces coûts supplémentaires seront partiellement financés par la croissance économique, l'impact des dernières baisses de taux d'intérêt de la Banque Centrale Européenne (BCE), la taxe sur les transactions financières, qui est toujours à l'étude, et la mise en place, proposée et très controversée, d'un péage autoroutier pour les étrangers dès 2014.

Selon Matthias Born : « Les entreprises allemandes les plus grandes ne devraient pas être significativement affectées par cet accord. Les réformes dans le secteur de l'énergie n'auront pas non plus un impact majeur sur les services publics. En revanche, un doute persiste sur le fait de savoir si les exemptions actuelles seront maintenues pour les industries très consommatrices d'énergie et, en fonction de la décision retenue, certaines entreprises, notamment au sein de l'industrie chimique, pourraient être plus ou moins affectées. »

2014 : accélération d'une économie tirée par deux moteurs de croissance...
À l'aube de 2014, Matthias Born souligne que : « La demande intérieure deviendra progressivement un moteur essentiel de la croissance économique. Mais les exportations, second moteur économique, devraient également se redresser dans le sillage de la reprise de l'économie américaine et grâce au soutien de certains pays émergents. Les entreprises allemandes, qui ont gagné d'importantes parts de marché au cours des dernières années, parviennent à les augmenter, alors même que la situation est devenue plus délicate au sein du monde émergent. En outre, à mesure que la confiance s'améliore au sein de l'ensemble de la zone euro, les exportations allemandes vers d'autres pays de la zone devraient également repartir à la hausse. »

... propice à une surperformance des actions allemandes
« La situation en Europe semble plus saine qu'au cours des années précédentes, plus particulièrement en ce qui concerne la politique monétaire, les indicateurs avancés de l'économie et le secteur bancaire.
Cette évolution renforce significativement la probabilité d'une croissance bénéficiaire à deux chiffres des entreprises en 2014. En ce qui concerne les marchés d'actions, notamment l'Allemagne, le principal risque serait que l'an prochain les bénéfices ressortent en-deçà des attentes actuelles des investisseurs.
Cependant, le rebond des bénéfices en 2014 nous semble plus probable que dans les années précédentes. L'autre facteur de risque qui pèse sur les marchés d'actions est lié à une remontée des taux d'intérêt aux États-Unis, et non en Europe. Pour 2014, l'Allemagne nous semble la mieux positionnée en Europe, grâce à la vigueur de son économie domestique, à l'envolée de son marché immobilier, à la reprise de la construction, à la résistance et à la hausse attendue des exportations. Si l'on associe ces facteurs à la valorisation légèrement inférieure des actions allemandes par rapport au reste du marché européen, notamment en termes de prix/bénéfices (price/earnings), nous sommes convaincus du potentiel de surperformance du marché des actions allemandes en 2014 », conclut Matthias Born.


(1) CSU : Union Chrétienne Sociale


Contacts presse :
Marc Saint Raymond - 01 73 05 75 40 - Email : marc.saint-raymond@allianzgi.com
Shan - Bérengère Savelli - 01 44 50 58 73 - Email : berengere.savelli@shan.fr 

www.allianzgi.fr



A propos d' Allianz Global Investors
Allianz Global Investors est une société d'investissement internationale multi-classe d'actifs, filiale du Groupe Allianz, qui met le contrôle du risque au c½ur de son dispositif. Avec 23 implantations répartis dans 18 pays, AllianzGI propose des solutions d'investissement internationales, portées par d'importantes capacités de recherche, et s'appuie sur des équipes de distribution et de gestion locales.
AllianzGI gère 322 milliards d'euros d'actifs* pour le compte d'investisseurs institutionnels et privés et compte près de 520 professionnels de l'investissement.
* Actifs mondiaux au 30 septembre 2013


Avertissement
Tout investissement comporte des risques. La valeur et le revenu d'un investissement peuvent diminuer aussi bien qu'augmenter et l'investisseur n'est dès lors pas assuré de récupérer son entier investissement.
Les avis et opinions exprimés dans la présente communication reflètent le jugement du gérant à la date de publication et sont susceptibles d'être modifiés à tout moment et sans avis. Certaines des données fournies dans le présent document proviennent de diverses sources et sont réputées correctes et fiables, mais elles n'ont pas été vérifiées de manière indépendante. L'exactitude ou l'exhaustivité de ces données/informations n'est pas garantie et toute responsabilité en cas de perte directe ou indirecte découlant de leur utilisation est déclinée, sauf en cas de négligence grave ou de faute professionnelle délibérée. Les conditions de toute offre ou contrat sous-jacent, passé, présent ou à venir, sont celles qui prévalent.
Ceci est une communication presse, éditée par Allianz Global Investors France S.A, www.allianzgi.fr, une société anonyme de gestion de portefeuille, dont le siège social se situe 3 boulevard des Italiens 75113 Paris, immatriculée au RCS de Paris sous le numéro 352 820 252, et agréée par l'Autorité des Marchés Financiers (www.amf-france.org).

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant