Allianz européanise sa gestion d'actifs

le
0
(NEWSManagers.com) - A côté de ses deux grandes plates-formes mondiales que sont Pimco pour l'obligataire et RCM pour les actions, Allianz Global Investors (AGI) s'est doté de deux organisations régionales, l'une pour les Etats-Unis, avec Allianz GI Capital (Nicholas Applegate, NFJ et Oppenheimer Capital) , l'autre pour l'Europe, avec Allianz Global Investors Investments Europe, qui regroupe les sociétés de gestion française (59 professionnels de l'investissement, 72 milliards d'euros d'encours) et italienne (36 professionnels et 36 milliards d'euros). L'entité fonctionne dans la pratique depuis six mois, mais AGI a préféré roder le système avant de le présenter.
La nouvelle structure, dont le CEO est Giovanni Bagiotti, a vocation a être rejointe ultérieurement par les autres filiales européennes de plus petite taille. La suisse, avec une spécialité sur l'obligataire helvétique, affiche 10 milliards d'euros d'encours, l'Autrichienne, très tournée sur les marchés émergents d'Europe, gère quelque 5 milliards, tout comme la néerlandaise, tandis que l'espagnole se situe entre 3 milliards et 4 milliards d'euros, d'après Michel Haski, membre du comité exécutif d'AllianzGI Europe Holding et directeur général d'AllianzGI France. La filiale de gestion alternative a vocation à être vendue. En revanche, la capacité ISR va être mise en exergue. Cette discipline représente 5 milliards d'euros d'encours, dont 1 milliard pour l'ancien produit AGF qu'est le Valeurs Durables.
AGI Investments Europe occupe un espace entre le domestique et le mondial, elle est centrée sur les classes d'actifs euro, avec un " process" commun, même si, sur le plan juridique, cette nouvelle galaxie demeure virtuelle pour l'instant. Les expertises de Paris et de Milan ont été croisées, puis optimisées, par un consultant interne, qui a réécrit les processus en octobre-novembre 2009 pour les rendre plus crédibles aux yeux des clients futurs comme à ceux des clients existants. L'approche reste fondamentale, pour une gestion à la fois de long terme et de conviction. Les dirigeants de la nouvelle entité, notamment le CIO Frank Dixmier et le deputy CIO Livio Raimondi, veilleront à la cohérence et à la discipline de l'investissement, avec une optimisation du risque sur un nouvelle échelle, sans s'interdire une gestion active et tactique, précise Michel Haski.
C'est en fait une anticipation sur l'entrée en vigueur de la directive OPCVM IV et l'objectif pour les 18 premiers mois consiste pour AGI Investments Europe à se faire référencer par les consultants et les institutionnels européens (les particuliers ne sont pas la préoccupation majeure et ne représentent guère que 13 % de l'encours de 108 milliards d'euros). Comme il faut donner du grain à moudre à ces catégories d'agents, AGI a déjà fait enregistrer au Luxembourg, des fonds miroirs de produits qui fonctionnent bien, d'où la création du Allianz Euro High Yield Bond funds et du Allianz Euro Bond Strategy. C'est aussi le cas pour un fonds sur l'immobilier coté (Allianz Real Estate). Le Valeurs durables (1 milliard d'euros) pourrait également être transformé en maître-nourricier luxembourgeois en 2011, avec OPCVM IV.
Actuellement l'encours reste majoritairement obligataire (55 % taux). Le diversifié représente 32 %, les actions seulement 9 % et le monétaire 4 %. Cela reflète bien l'ADN des sociétés de gestion, qui sont issues de compagnies d'assurance (AGF et RAS, sans oublier Allianz).

info NEWSManagers

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant