Allemagne-Une étude prône une refonte du modèle des banques

le , mis à jour à 16:33
1

FRANCFORT, 11 mai (Reuters) - Les banques allemandes pourraient voir leurs profits fondre de près de 25% au cours des cinq prochaines années en raison de l'impact des contraintes réglementaires, de la faiblesse de l'économie et de la concurrence des établissements ayant pris plus tôt le virage de la banque en ligne, selon une étude du cabinet de conseil BCG. Cette analyse suggère que les établissements bancaires allemands ne pourront pas se dispenser de procéder à de vastes réformes, faute de quoi ils se retrouveront exposés à des pressions croissantes en vue d'une consolidation du secteur. Les banques allemandes ont été parmi les dernières à s'adapter aux conditions de concurrence accrue qui prévalent depuis la crise financière. Elles ont été particulièrement lentes à réduire la taille de leurs réseaux d'agences pour se réorienter vers les services de banque en ligne prisés des consommateurs, a indiqué Til Klein, associé chez BCG, lors d'une conférence de presse. "Le modèle économique des banques établies ne tient plus", a estimé Rüdiger Filbry, spécialiste du secteur bancaire chez BCG. "Les banques allemandes ne peuvent tout simplement pas continuer (de fonctionner) comme elles l'ont fait pas le passé." Selon l'étude de BCG, elles ont gagné 9,5 milliards d'euros de moins que le coût de leur capital sur la période 2009-2013. Les faiblesses structurelles des établissements allemands ne pourront pas être vaincues seulement par le biais de mesures de réductions de coûts, une option déjà explorée sans succès. Selon l'étude, au cours des cinq dernières années, un total de neuf milliards d'euros a été consacré à des programmes de réduction des coûts sans effet sur les coûts totaux dans le secteur, même si les résultats d'exploitation ont chuté d'environ 10%. "Des économies supplémentaires n'aideront pas", a affirmé Rüdiger Filbry en préconisant l'adoption de nouvelles stratégies, la réduction des réseaux d'agences et le développement de nouvelles technologies. Til Klein a parlé pour sa part d'"immense défi culturel" et estimé que les banques allemandes devraient se défaire de jusqu'à 50% de leurs agences au cours des prochaines années. (Thomas Atkins; Myriam Rivet pour le service français, édité par Véronique Tison)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • dchatene le lundi 11 mai 2015 à 16:42

    mdr !