Allemagne: une application mobile pour aider les réfugiés syriens

le
0
Allemagne: une application mobile pour aider les réfugiés syriens
Allemagne: une application mobile pour aider les réfugiés syriens

Files interminables, paperasse hermétique et termes imprononçables: affronter la bureaucratie allemande découragerait n'importe quel nouveau venu mais il existe désormais une application pour s'y repérer, développée par six réfugiés syriens.Attendue en janvier prochain, "Bureaucrazy" fournit documents, adresses et surtout explications sur les procédures, généralement kafkaïennes, pour obtenir un logement, une couverture sociale ou un compte bancaire."A mon arrivée, j'ai dû attendre deux semaines pour un papier appelé +Kostenübernahme+ (prise en charge des frais), qui autorise à résider dans un appartement ou un hôtel" aux frais de l'Etat, explique l'un des développeurs, Omar Alshafai, 30 ans. "Quand j'ai signé le document - c'était en allemand -, je n'avais pas la moindre idée de ce que c'était", poursuit le jeune homme, arrivé de Damas en avril 2015 et formé comme ses camarades à la ReDI School of Digital Integration de Berlin, qui apprend aux réfugiés à coder et monter une entreprise.Le projet de cette école, qui est à but non lucratif, a été lancé à l'automne 2015, après l'arrivée de centaines de milliers de migrants en Allemagne. Les premiers étudiants ont commencé en février, ils étaient 42, et 35 d'entre eux ont achevé leur cycle de formation quatre mois plus tard.Arrivé à Noël dernier à Berlin en provenance de Damas, Ghaith Zamrik, 19 ans, a intégré le programme de ReDI en février. Il raconte qu'à la première session, les nouveaux arrivants ont discuté de leurs difficultés "et de la manière dont la technologie pouvait les résoudre".- 'Mietschuldenfreiheitsbescheinigung' -"Nous avions deux problèmes, d'abord la langue et ensuite la bureaucratie, parce que nous ne comprenions pas comment le système marche ici", ajoute-t-il.Les contorsions vocales requises pour entamer une vie en Allemagne leur arrachent encore des cris de douleur, le ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant