Allemagne-Un tassement industriel perçu sans conséquence

le
0

par Paul Carrel BERLIN, 7 août (Reuters) - Les exportations et la production industrielle ont baissé en juin en Allemagne, interrompant la solide reprise de la première économie européenne mais ladite reprise semble devoir malgré tout se poursuivre au troisième trimestre à la faveur d'une hausse appréciable des commandes à l'industrie. La baisse de 1,4% de la production est allée à l'encontre d'un consensus qui donnait au contraire une hausse, modeste toutefois, et a poussé certains économistes à revoir leurs prévisions du deuxième trimestre, sans remettre en question toutefois leur optimisme de fond pour l'économie allemande. Le ministère de l'Economie a noté vendredi que la performance en demi-teinte de l'industrie au printemps était surtout imputable à un accès de faiblesse du bâtiment, en retrait après un solide premier trimestre. "Les conditions du secteur restent bonnes", a dit le ministère dans un communiqué. Andreas Rees, économiste chez UniCredit, a déclaré qu'après voir pris connaissance de la statistique de la production, il avait ramené de 0,5% à 0,4% sa prévision de croissance du deuxième trimestre, tout en restant positif sur le fond au vu du flux des commandes à l'industrie. Des statistiques parues jeudi ont montré que ces dernières avaient enregistré au deuxième trimestre leur plus forte hausse depuis le début 2011 en raison surtout d'une demande soutenue en provenance de l'international et en dépit du ralentissement de l'économie chinoise et des incertitudes causées par la crise grecque. "La forte hausse des commandes nouvelles (à l'exportation) laisse présager un rebond de l'activité manufacturière au troisième trimestre", estime Andreas Rees. "Selon toute probabilité, cela devrait déjà se voir dans les chiffres de juillet". La croissance de l'Allemagne a faibli en début d'année, ne dégageant qu'un rythme de 0,3%, et le ministère des Finances anticipait le mois dernier une croissance du même ordre au deuxième trimestre, portée par la demande intérieure, avec en parallèle une accélération du commerce international. Le PIB du deuxième trimestre sera publié vendredi prochain et le consensus Reuters donne une croissance de 0,5%. D'une manière générale, les entreprises allemandes gagnent en confiance, laquelle s'est améliorée en juillet, après deux tassements successifs, grâce à l'accord intervenu entre la Grèce et ses créanciers pour discuter d'un troisième renflouement. D'autres chiffres parus ce vendredi ont montré une baisse de 1,0% des exportations en juin et de 0,5% des importations. Les économistes interrogés par Reuters prévoyaient une baisse des exportations moitié moindre et une hausse des importations de 0,5%. Malgré tout, la balance commerciale a enregistré un excédent record de 24 milliards d'euros. (Wilfrid Exbrayat pour le service français, édité par Benoît Van Overstraeten)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant