Allemagne : un garde présumé d'Auschwitz arrêté à Stuttgart

le
0
Allemagne : un garde présumé d'Auschwitz arrêté à Stuttgart
Allemagne : un garde présumé d'Auschwitz arrêté à Stuttgart

Un ex-garde présumé du camp de concentration d'Auschwitz, âgé de 93 ans, a été arrêté en Allemagne, a annoncé ce lundi le parquet de Stuttgart.

«Les forces de la police criminelle du Bade-Würtemberg, sur mandat du parquet de Stuttgart, ont interpellé à son domicile un ancien employé, âgé de 93 ans, du camp de concentration d'Auschwitz qui faisait partie du service des gardes, de l'automne 1941 à sa fermeture en 1945, et est soupçonné de complicité de meurtre», écrit le parquet dans un communiqué.

Aucune information n'a été donnée sur son identité par le parquet, mais selon les médias allemands, il s'agit d'un homme nommé Hans Lipschis, né en Lituanie en 1919, et qui habite à Aalen, dans le sud-ouest de l'Allemagne.

Sur la liste du Centre Simon-Wiesenthal

Dans son rapport 2013, le Centre Simon-Wiesenthal, qui traque les anciens nazis, plaçait Lipschis en 4e position sur sa liste des criminels les plus recherchés. Le centre affirme qu'il a servi dans un bataillon de SS entre 1941 et 1945, et qu'il «a pris part à des massacres et à la persécution de civils innocents, principalement des Juifs».

Selon une récente enquête de la chaîne de radio-télévision publique régionale SWR, il prétend avoir travaillé à Auschwitz comme cuisinier, et non comme gardien dans le camp installé en Pologne occupée.

Selon le journal Die Welt, Lipschis avait été naturalisé par le régime nazi. Il s'était installé aux Etats-Unis en 1956 et vivait à Chicago jusqu'à son expulsion vers l'Allemagne en 1983.

Plus d'un million de morts

Le camp de concentration d'Auschwitz-Birkenau, situé sur le territoire actuel de la Pologne, est l'un des plus gros camps d'extermination construits par les Nazis. Plus d'un million d'hommes, de femmes et d'enfants, pour la plupart juifs, acheminés par train dans des wagons à bestiaux y ont été tués d'abord par armes à feu puis dans des chambres à gaz. Leurs dépouilles étaient...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant