Allemagne-Projet pour durcir les règles en cas de refus de l'asile

le , mis à jour à 08:41
0
 (Corrige titre) 
    BERLIN, 12 octobre (Reuters) - Un nouveau projet de loi 
rendra plus difficile l'obtention de l'autorisation de rester en 
Allemagne pour les migrants à qui le droit d'asile a été refusé, 
rapporte mercredi le journal Die Welt. 
    Le quotidien ajoute que le texte, préparé par le ministre de 
l'Intérieur Thomas de Maizière et transmis aux autres 
ministères, fixerait de nouvelles règles en matière d'expulsion 
de migrants qui ont enfreint la loi et représentent un danger. 
    Thomas de Maizière ainsi que d'autres responsables 
conservateurs du gouvernement de coalition au pouvoir en 
Allemagne ont commencé à plaider en faveur d'un rapatriement 
plus rapide de ceux dont les demandes de visa ont été refusées à 
la suite d'une série d'attaques violentes en Allemagne au cours 
de l'été. 
    Lundi, la police allemande a arrêté un jeune Syrien de 22 
ans après deux jours de traque. Djaber Albakr, qui était arrivé 
en février 2015 en Allemagne avec d'autre migrants et avait 
obtenu l'asile provisoire quatre mois plus tard, était en train 
de fabriquer une bombe et envisageait vraisemblablement 
d'attaquer un des aéroports de Berlin.   
    La décision d'Angela Merkel d'ouvrir en 2015 les frontières 
de l'Allemagne à des centaines de milliers de réfugiés, syriens 
en particulier, a valu à la chancelière conservatrice de 
nombreuses critiques émanant de son propre camp et renforcé 
l'assise du parti anti-migrants Alternative pour l'Allemagne 
(AfD). 
    Au 31 août, le nombre de réfugiés à qui il a été demandé de 
quitter l'Allemagne s'élevait à 210.029. Sur ce total, 158.190 
personnes ont reçu une forme ou une autre d'autorisation leur 
permettant de rester de manière temporaire dans le pays, ajoute 
Die Welt. 
 
 (Andrea Shalal, Benoit Van Overstraeten pour le service 
français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant