Allemagne - Politiciens, ancien sportif, féministe : ils ont tous fraudé

le
3
Uli Hoeness, ici en avril dernier.
Uli Hoeness, ici en avril dernier.

Faute avouée n'est pas forcément pardonnée. En Allemagne, le nombre de "repentis" qui ont avoué avoir caché de l'argent en Suisse ou dans d'autres paradis fiscaux grandit de jour en jour. L'an dernier, l'état fédéral a récupéré près de 3,5 milliards d'euros auprès de 26 000 fraudeurs qui ont préféré se présenter d'eux-mêmes aux autorités fiscales pour échapper à d'éventuelles poursuites pénales. Les noms de la plupart de ces tricheurs sont totalement inconnus du grand public, mais depuis quelques semaines, les journaux et les magazines allemands se livrent à une course effrénée pour divulguer le passé fiscal trouble de certaines personnalités de tout premier plan.

La première "tête" connue à être tombée l'an dernier est Uli Hoeness. Le président du Bayern Munich a caché pendant des années sur un compte de la banque zurichoise Vontobel les cinq millions de marks (2,56 millions d'euros) que l'ancien patron d'Adidas, aujourd'hui décédé, Robert Louis-Dreyfus lui avait prêté pour spéculer sur les marchés financiers. Véritable accro de la Bourse, le plus jeune manager de l'histoire de la Bundesliga aurait même emprunté, selon l'hebdomadaire Spiegel, auprès de l'ancien patron de l'OM 15 millions de marks supplémentaires pour acheter des actions. Au vu des sommes importantes en jeu dans ce scandale, l'ancien footballeur ne pourra pas échapper à un procès, qui devrait débuter au mois de mars.

Le trésorier de la CDU aussi...

Plus...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • klein44 le jeudi 20 fév 2014 à 15:53

    il faut les montrer du doigt, les nommer es crocs et non repentis

  • klein44 le jeudi 20 fév 2014 à 15:52

    en france oui : fraude fiscale avouée, fraude pardonnée

  • M2723293 le mercredi 12 fév 2014 à 15:46

    Je croyais que la fiscalité en allemagne était plus avantageuse que chez nous.Pour les individualistes forcenés, les impots seront tj trop élevés.