Allemagne-Performance commerciale médiocre en mai

le
0
    * Baisse de 1,8% CVS des exportations 
    * Hausse moins forte que prévu des importations 
    * Excédent commercial en recul 
    * Une demande mondiale atone, disent les analystes 
 
    par Michael Nienaber 
    BERLIN, 8 juillet (Reuters) - Les exportations ont baissé en 
mai contre toute attente, subissant leur recul le plus marqué 
depuis neuf mois, tandis que les importations ont moins augmenté 
que prévu, a annoncé vendredi l'Office fédéral de la 
statistique. 
    Ces données tendent à leur tour à prouver que la première 
économie européenne s'est un peu essoufflée au deuxième 
trimestre, victime d'une demande mondiale atone. 
    Elles s'ajoutent à d'autres indicateurs en demi-teinte 
publiés cette semaine.  
    La production industrielle s'est contractée de manière 
inattendue en mai, accusant son recul mensuel le plus marqué 
depuis août 2014, tandis que les commandes à l'industrie ont 
stagné, avant que la Grande-Bretagne ne décide de quitter 
l'Union européenne (UE), et étaient plus faibles que prévu. 
  
    "Un autre indicateur qui vient dire que la performance de 
l'Allemagne n'a rien de subjuguant", dit Carsten Brzeski, 
économiste d'ING Bank, observant que la seule région où les 
entreprises allemandes ont beaucoup plus exporté que l'an 
dernier était la zone euro. 
    Il souligne que l'excédent commercial de l'Allemagne avec le 
bloc de la monnaie unique augmente encore, impliquant que la 
bonne tenue de la demande intérieure en Allemagne ne bénéficie 
pas forcément au reste de la zone euro. 
    Les exportations ont baissé de 1,8% CVS en mai, le 
pourcentage le plus élevé depuis août 2015, alors que les 
économistes interrogés par Reuters anticipaient une hausse de 
0,25%. Les importations ont augmenté de 0,1% CVS d'un mois sur 
l'autre, alors que le marché prévoyait +0,4%. 
    L'excédent commercial s'est rétréci à 22,2 milliards d'euros 
contre 24,1 milliards en avril, ce qui constituait un record.    
 L'excédent des paiements courants a fléchi à 17,5 milliards 
d'euros contre 28,4 milliards en avril. 
    "L'évolution des exportations en Allemagne est molle cette 
année", dit Volker Treier, directeur du commerce extérieur de la 
fédération DIHK des chambres de commerce et d'industrie 
allemandes.  
    Les échanges avec les autres pays de l'Union européenne (UE) 
sont la seule raison pour laquelle les exportations ont augmenté 
de 1,6% en mai en glissement annuel, ajoute-t-il. 
    "En dehors de l'UE, le potentiel de croissance est quasi 
inexistant pour cause de crises diverses et de cours pétroliers 
bas", note Volker Treier. 
    L'atonie de la demande mondiale affecte l'un des points 
forts des exportateurs allemands, à savoir la diversification 
des produits et des marchés à l'exportation, explique Brzeski. 
    L'Allemagne a connu une croissance de 0,7% au premier 
trimestre, la plus forte, en variation trimestrielle, en deux 
ans, l'accélération de la consommation privée, de 
l'investissement dans le BTP et des dépenses publiques en faveur 
des réfugiés ayant largement compensé le tassement du commerce 
extérieur. 
    Les économistes prévoient un ralentissement de la croissance 
à 0,3% au deuxième trimestre. Certains descendent jusqu'à 0,1%. 
    Andreas Scheuerle, analyste de Dekabank, juge que même si 
les données de juin ressortaient inchangées par rapport aux 
faibles chiffres de mai, l'Allemagne aurait pu avoir subi une 
contraction au deuxième trimestre. 
     
 
 (Wilfrid Exbrayat pour le service français, édité par Marc 
Joanny) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant