Allemagne : Ogier assume une erreur de sa part

le
0
Allemagne : Ogier assume une erreur de sa part
Allemagne : Ogier assume une erreur de sa part

Une fois n'est pas coutume, Sébastien Ogier a été contraint à l'abandon dans la quatrième spéciale du rallye d'Allemagne suite à une sortie de piste ayant lourdement endommagé une des suspensions de sa Volkswagen Polo R-WRC. Dans des propos relayés par l'Agence France Presse, il revient sur cet incident : « On s'est fait piéger deux kilomètres après le départ dans une zone humide qui n'était pas renseignée dans les notes, ni par l'ouvreur. J'arrive beaucoup trop vite, je sors large et je tape un petit trottoir qui a endommagé le triangle de suspension avant gauche ». Le pilote français a perdu deux minutes dans cet incident et a essayé de continuer malgré tout : « J'ai d'abord pensé à une crevaison. Mais ce n'était malheureusement pas cela. On a quand même essayé de continuer, mais c'était compliqué. La roue était un peu folle au freinage. Et la suspension a fini par céder complètement dans la deuxième spéciale. Journée terminée... ».Pour cet incident, Sébastien Ogier a voulu écarter toute responsabilité de son coéquipier Julien Ingrassia et évoque plutôt un changement d'adhérence de la route non précisé par l'organisation, ni par son ouvreur, l'ancien pilote Simon Jean-Joseph : « Ce n'est pas Julien. C'est peut-être un problème entre nous et notre ouvreur. C'est la première fois qu'on travaille avec Simon Jean-Joseph. Mais honnêtement, je ne peux pas lui en vouloir car c'est très compliqué avec des conditions météorologiques aussi changeantes ». Il considère cet incident comme une péripétie dont il est le seul responsable : « Quand il est passé, peut-être que tout le tracé était humide et qu'il n'a donc pas noté cet endroit en particulier. Mais quand je suis passé, tout était sec sauf ce virage de 40 mètres et je suis arrivé beaucoup trop vite sur cette zone-là. Je n'en veux à personne. J'assume mon erreur ».Ce rallye était la première opportunité pour le Gapençais de conquérir le titre de champion du monde des pilotes, sur les terres de son employeur, Volkswagen. Le pilote français a balayé cette idée d'un revers de main tant les conditions nécessaires étaient complexes : « Le titre, ce sont les journalistes qui en parlaient. Pas moi. Car, mathématiquement, c'était quand même compliqué. Il fallait que je gagne et que mes concurrents (ndlr : Latvala et Neuville) aient des problèmes. Ce n'était donc pas un objectif tout à fait réaliste ». Enfin, il fait part de sa déception de ne pouvoir amener sa Polo à la victoire en Allemagne pour la première de Volkswagen sur les routes allemandes en WRC : « Je suis déçu pour l'équipe car nous sommes à la maison et j'avais envie d'offrir une victoire à VW en Allemagne. Ce ne sera pas pour cette fois. Dommage car la voiture était très performante ».

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant