Allemagne-Net recul des exportations au mois d'août

le
2

BERLIN, 9 octobre (Reuters) - Les exportations allemandes ont baissé de 5,8% en août, leur recul le plus marqué depuis janvier 2009, au plus fort de la crise financière. Les données publiées jeudi par l'Office des statistiques fédérales confirment le ralentissement de la première économie d'Europe, touchée par la morosité de l'ensemble de la zone euro ainsi que par les tensions géopolitiques, en particulier le conflit ukrainien. Si les vacances d'été tardives dans certains Länder ont contribué à la baisse à la fois des exportations et des importations, ces chiffres n'en sont pas moins une mauvaise nouvelle de plus pour l'Allemagne après les baisses des commandes à l'industrie et de la production déjà annoncées cette semaine. Tous ces indicateurs devraient relancer le débat sur la politique économique de la chancelière Angela Merkel, accusée de privilégier l'équilibre budgétaire aux dépens des investissements publics en matière d'infrastructure. "Nous n'avons plus de croissance", déplore Volker Treier, économiste en chef de la Fédération des chambres de commerce allemandes (DIHK). "Cela fait des années qu'il y a trop peu d'investissements en Allemagne." Les importations ajustées des variations saisonnières ont reculé de 1,3% sur un mois alors que les économistes avaient tablé sur une hausse de 1,0%. Ils attendaient une baisse de 4,0% des exportations en août, selon une enquête Reuters. L'excédent commercial a été de 17,5 milliards d'euros en août, en baisse par rapport aux 22,2 milliards en juillet. Ce chiffre est également inférieur aux prévisions des économistes, qui escomptaient un excédent de 18,5 milliards. L'économie allemande a subi un coup d'arrêt au deuxième trimestre, avec une contraction de 0,2% du produit intérieur brut. Certains économistes redoutent une entrée en récession avec une nouvelle contraction au troisième trimestre. Les instituts de conjoncture de référence viennent de revoir en baisse sensible leurs prévisions de croissance de l'économie allemande pour cette année et la suivante, les ramenant à 1,3% et 1,2% respectivement contre 1,9% et 2,0% précédemment. Ces chiffres pourraient conduire à une révision des prévisions officielles du gouvernement allemand, qui prennent en compte les analyses des instituts. "La tache la plus importante en matière de politique économique dans ce domaine est de soutenir la croissance et de créer des conditions favorables d'investissement", ont déclaré les instituts allemands. "Il existe une certaine marge de manoeuvre pour une politique budgétaire constructive." Tout en relevant leurs prévisions de chômage et en abaissant leurs prévisions d'inflation et d'encours nets de crédit, ils ont estimé que le projet de la Banque centrale européenne de rachats d'obligations sécurisées et de prêts titrisés (asset-backed securities, ABS) apporterait un soutien limité à la croissance dans le zone euro. Tableau de la statistique : ID:nB4N0RO00U Les indicateurs allemands en temps réel ECON.DE (Alexandra Hudson; Patrick Vignal pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • pierry5 le jeudi 9 oct 2014 à 11:47

    Ils ont quand même 17,5 milliards d'excédents commerciaux !! Qui dit mieux !!

  • pierry5 le jeudi 9 oct 2014 à 11:46

    Tiens, il fallait faire baisser l'Euro à tous prix. C'est fait mais le résultat n'est pas là. Le dieu super Mario se serait-il trompé ? Ca arrive à tout le monde. En fait, ce n'est même pas l'Euro qui a dégringolé mais le dollar qui s'est renforcé par rapport à l'Euro et toutes les autres devises. On a affaire à des champions en matière de prévisions.

Partenaires Taux