Allemagne-Merkel répond aux critiques après un échec électoral

le
0
    par Madeline Chambers et Michael Nienaber 
    BERLIN, 7 septembre (Reuters) - Angela Merkel a répondu 
mercredi aux critiques sur sa politique d'accueil des migrants 
après l'échec électoral subi par son parti, la CDU, lors des 
élections régionales de dimanche dans son Land d'origine, le 
Mecklembourg-Poméranie occidentale. 
    Dans un discours combatif prononcé devant le Bundestag, la 
chancelière allemande a appelé les partis traditionnels à 
combattre la formation d'extrême droite Alternative für 
Deutschland (AfD), qui a réussi une remarquable percée lors de 
ce scrutin. 
    L'AfD, parti anti-immigration et eurosceptique, avait déjà 
engrangé plusieurs succès au mois de mars, notamment en 
Saxe-Anhalt, lors de régionales partielles. 
    "Nous devons tous comprendre que l'AfD est un défi non 
seulement pour les chrétiens-démocrates (de la CDU) mais 
également un défi pour tout le monde dans cette chambre", a 
lancé la chef du gouvernement. 
    L'AfD, qui a fait campagne sur l'afflux de plus d'un million 
de migrants en Allemagne en 2015, est arrivée en deuxième 
position derrière le SPD dans le Land de Mecklembourg-Poméranie 
occidentale. 
    La CDU est reléguée en troisième position dans cette région 
et se trouve pour la première fois devancée par l'organisation 
anti-immigration créée en février 2013 et désormais représentée 
dans les parlements locaux de neuf des 16 Länder. 
    Surfant sur les peurs des électeurs, l'AfD espère maintenant 
réussir un bon score lors de l'élection régionale qui aura lieu 
le 18 septembre dans la cité-Etat de Berlin, en attendant les 
législatives prévues l'an prochain. 
    Merkel, dont les conservateurs sont pour l'instant crédités 
d'un peu plus de 30% au niveau national contre 15% à l'AfD, 
devrait briguer un quatrième mandat de chancelière. 
    Malgré le revers électoral de dimanche, Angela Merkel a de 
nouveau voulu faire preuve de pédagogie devant les 
parlementaires. 
    "Nous avons derrière nous une année pleine de décisions pour 
réduire le nombre des migrants", a-t-elle affirmé, rappelant que 
son gouvernement avait pris des mesures afin d'aider 
financièrement les instances locales dans l'accueil des 
réfugiés. Elle a précisé qu'une loi sur l'intégration avait été 
adoptée accélérant les procédures de reconduite de migrants 
n'ayant pas obtenu l'asile politique et renforçant la sécurité. 
    "La situation est aujourd'hui bien meilleure qu'il y a un 
an. Mais il reste beaucoup à faire", a-t-elle jugé. "Le 
changement n'est pas une mauvaise chose. L'Allemagne restera 
l'Allemagne que nous aimons et chérissons". 
    "Je suis certaine que si nous disons la vérité nous 
regagnerons ce dont nous avons besoin, la confiance des gens", 
a-t-elle poursuivi, répondant indirectement aux critiques de ses 
alliés bavarois de la CSU lui reprochant de ne pas prendre en 
compte les craintes provoquées par la crise des migrants. 
     
 
 (Pierre Sérisier pour le service français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant