Allemagne : Merkel maintient sa ligne sur les réfugiés au lendemain des élections

le , mis à jour à 15:06
0
Allemagne : Merkel maintient sa ligne sur les réfugiés au lendemain des élections
Allemagne : Merkel maintient sa ligne sur les réfugiés au lendemain des élections

Au lendemain de la défaite enregistrée par le parti d'Angela Merkel lors de trois scrutins régionaux, le gouvernement allemand a confirmé la poursuite de sa politique sur les réfugiés. «Le gouvernement fédéral poursuit de toutes ses forces le cours de sa politique concernant les réfugiés au niveau national et international», a indiqué son porte-parole, Steffen Seibert, alors que la déroute électorale de la CDU est attribuée à la ligne de la chancelière sur l'accueil des migrants. La chancelière allemande Angela Merkel a également admis cet après-midi que la fermeture de la route des Balkans aux migrants profitait à son pays, même s'il ne s'agit pas d'une solution «durable» à la crise migratoire en Europe.

«Certaines choses ont été faites, d'autres restent à faire. Le but est en tout cas est une solution européenne commune, durable qui conduise à ce que dans chaque pays le nombre de réfugiés (arrivant) baisse de manière notable», a encore dit le porte-parole du gouvernement, tout en refusant d'analyser les résultats des élections. Il a renvoyé pour cela sur les différents partis politiques concernés.

Steffen Seibert a ainsi opposé une fin de non-recevoir aux appels de certains responsables politiques conservateurs qui estiment après le scrutin que la chancelière doit se résoudre à changer de politique et fixer un plafond aux migrants accueillis en Allemagne, après l'arrivée de 1,1 millions de demandeurs d'asile en 2015. Ainsi, pour le patron de la CSU Horst Seehofer, l'allié bavarois de la CDU qui s'oppose à la politique migratoire de la chancelière, «la réponse» à la défaite électorale «ne peut pas être: on continue comme avant».

Pour des solutions d'accueil à l'échelle européenne

La chancelière pousse pour des solutions d'accueil à l'échelle européenne et un accord controversé entre la Turquie et l'UE en cours de négociations avant un sommet les 17 et 18 mars. Elle a ainsi ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant