Allemagne : Merkel et le SPD s'entendent pour gouverner

le
0
Allemagne : Merkel et le SPD s'entendent pour gouverner
Allemagne : Merkel et le SPD s'entendent pour gouverner

Gauche et droite ont fait des concessions, et Angela Merkel s'apprête à gouverner l'Allemagne pour un troisième mandat de quatre ans. Deux mois après sa victoire sans majorité absolue aux législatives, la chancelière conservatrice (CDU/CSU) a conclu ce mercredi un accord de coalition avec ses rivaux du SPD. Cet accord doit encore être approuvé par les militants socio-démocrates lors d'un référendum début décembre, dont le résultat est incertain. Mais si la base du SPD donne son feu vert, les députés du Bundestag devraient alors élire Angela Merkel le 17 décembre à la tête d'un gouvernement de "grande coalition", comme lors de son premier mandat (2005-2009).

En un mois de tractations, conclues par une séance de négociations de 17 heures achevée mercredi au petit matin, Angela Merkel a consenti plusieurs concessions majeures qui pourraient aider à vaincre les réticences des militants du SPD à s'allier avec un parti de droite. «C'est un paquet (de mesures) que nous pouvons présenter à nos militants et auquel nous pouvons dire oui», a ainsi commenté à l'issue des négociations la secrétaire générale du SPD, Andrea Nahles.

Création d'un salaire minimum. Cette dernière a obtenu la création d'un salaire minimum de 8,50 euros de l'heure à partir de 2015. Il ne devrait cependant s'appliquer à l'ensemble des branches qu'à partir de 2017 et de nombreux détails restent à clarifier. Les sociaux-démocrates avaient posé comme condition à tout accord l'adoption de cette mesure phare de leur programme électoral.

Ce salaire minimum serait une première dans ce pays qui s'en remettait jusqu'ici exclusivement aux partenaires sociaux pour régler les questions salariales. Il devrait améliorer le pouvoir d'achat de millions de salariés. Selon l'institut économique DIW, 5,6 millions de personnes, soit 17% des salariés allemands, gagnent actuellement moins de 8,50 euros. Ces hausses de salaires vont aussi ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant