Allemagne-Les "Sages" favorables à des faillites d'Etats

le
1

BERLIN, 28 juillet (Reuters) - Les conseillers économiques indépendants du gouvernement allemand sont favorables à la création d'une procédure d'insolvabilité des Etats au sein de la zone euro pour prévenir les crises et estiment que ces derniers doivent avoir la capacité de la quitter en tout dernier ressort. Dans un rapport publié mardi, les cinq "Sages" expliquent que la crise grecque a mis en lumière le besoin urgent de réformer encore pour rendre la zone euro plus stable. "Pour assurer la cohésion de l'union monétaire, nous devrons prendre acte du fait que l'électorat des pays créditeurs n'est pas disposé à financer les pays débiteurs de façon permanente", dit Christoph Schmidt, présitent du Conseil allemand des experts en économie. Une procédure d'insolvabilité obligerait les créanciers à supporter des pertes si les Etats se retrouvaient en faillite, ce qui, par ailleurs, inciterait les investisseurs à évaluer le risque souverain plus en détail. Quant à la sortie de la zone euro, elle doit être rendue possible, même si c'est une solution extrême, pensent les sages qui écrivent: "Un Etat membre voué à ne pas être coopératif ne doit pas être en mesure de menacer l'existence de l'euro". En outre, les sages mettent en garde contre les "solutions miracle" telles que la création d'un Trésor, d'un système d'assurance chômage ou d'un gouvernement économique pour l'ensemble de la zone euro. Cet avertissement tombe alors que le Spiegel écrivait samedi dernier que l'Allemagne voudrait bien discuter de la création d'un ministère des Finances de la zone euro qui aurait son propre budget et serait doté de la capacité de lever des impôts, en bref de créer un "euro-impôt". (Caroline Copley, Wilfrid Exbrayat pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • charleco le mardi 28 juil 2015 à 16:50

    Europe des nations ou Europe fédérale, il faudra bien choisir un jour de façon claire. Aujourd'hui, le choix n'est pas fait.

Partenaires Taux