Allemagne-Les entreprises reprennent confiance en dépit du Brexit

le
0
 (Actualisé avec des précisions) 
    par Joseph Nasr 
    BERLIN, 26 septembre (Reuters) - Le climat des affaires a 
connu une amélioration bien plus marquée que prévu en Allemagne 
en septembre, atteignant un pic de plus de deux ans, montre 
l'enquête mensuelle publiée lundi par l'institut Ifo, qui note 
que le choc du "Brexit" a, à ce stade, été digéré. 
    Les mois de juillet et d'août avaient été marqués par une 
détérioration de ce climat des affaires, en raison surtout des 
inquiétudes des dirigeants des entreprises allemandes des 
conséquences sur l'activité du vote, intervenu fin juin, des 
électeurs britanniques de quitter l'Union européenne (UE). 
    L'indice Ifo, calculé à partir d'un échantillon de quelque 
7.000 entreprises, est ressorti à 109,5 ce mois-ci, soit un plus 
haut depuis mai 2014, après 106,3 (chiffre révisé en hausse 
après une estimation initiale de 106,2) en août. 
    Les économistes interrogés par Reuters avaient anticipé en 
moyenne 106,4, leurs estimations allant de 105,0 à 108,0. Il 
s'agit de la plus forte hausse d'un mois sur l'autre depuis 
juillet 2010. 
    "Les entreprises sont manifestement plus optimistes pour les 
mois à venir. Elles sont également davantage satisfaites de leur 
situation présente", déclaré Clemens Fûst, président de l'Ifo, 
cité dans un communiqué. 
    "L'économie allemande anticipe un automne doré." 
    Le sous-indice mesurant les conditions actuelles a également 
augmenté plus que prévu, à 114,7 contre 112,9 (chiffre révisé en 
hausse) le mois précédent et un consensus de 113,0, tout comme 
celui des anticipations, ressorti à 104,5 contre 100,1 (chiffre 
confirmé) en août et un consensus des économistes de 100,2. 
    "Le choc du Brexit a, à ce stade, était digéré", a dit pour 
sa part Klaus Wohlrabe, économiste chez Ifo. 
     
    INTERRUPTION D'UNE MAUVAISE SÉRIE 
    Dans le détail, les données Ifo montrent que la confiance 
s'est surtout améliorée dans le secteur de la construction, dans 
le secteur manufacturier, dans le commerce de gros et dans la 
distribution. 
    La vigueur de la consommation des ménages, l'augmentation de 
la dépense publique liée à l'afflux de migrants dans le pays et 
le dynamisme de la construction ont permis à la première 
économie d'Europe d'enregistrer une croissance de 0,7% au 
premier trimestre puis de 0,4% au deuxième. 
    Mais certains indicateurs - une production industrielle qui 
a subi en juillet son recul le plus marqué en 23 mois et la 
baisse la plus prononcée en près d'un an des exportations - 
laissaient entrevoir un ralentissement de la croissance, dont le 
gouvernement a d'ailleurs pris acte la semaine dernière. 
  
    De ce fait, les données meilleures que prévu de l'institut 
Ifo tranchent nettement avec la série de données 
macro-économiques en cours. 
    "(...) Je ne pense pas que la croissance sera aussi forte 
que ce que ces données d'Ifo suggèrent", a toutefois dit 
Jennifer McKeown, économiste chez chez Capital Economics. 
    "Mais elles laissent entrevoir que l'économie allemande va 
continuer de faire mieux que les autres et elles apaisent 
également les craintes de voir la croissance connaître un coup 
d'arrêt." 
    Les données de l'Ifo laissent indifférents les investisseurs 
puisque le Dax de la Bourse de Francfort  .GDAXI  perdait vers 
09h55 GMT quelque 1,6%, dans un contexte de recul généralisé des 
Bourses européennes, sous le coup notamment d'une chute des 
valeurs bancaires. 
 
 (Benoit Van Overstraeten pour le service français, édité par 
Wilfrid Exbrayat) 
 

Valeur associée
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant